CHU : la question de la délocalisation n'est pas encore tranchée

Dans la crise au CHU, la question de la délocalisation n’a pas été tranchée, jeudi soir, à l’issue du « congrès des instances » qui a rassemblé les principaux acteurs du dossier, à la résidence Départementale du Gosier. Une nouvelle étude de faisabilité a été lancée. La décision finale devrait être connue "fin mai, début juin" selon la directrice de l'ARS.
Par Alexandre Giraud
Par Alexandre Giraud
Image
La décision définitive sur la délocation du CHU devrait être connue fin mai début juin (Crédit photo : Simax communication)
légende image principale
La décision définitive sur la délocation du CHU devrait être connue fin mai début juin (Crédit photo : Simax communication)

Dans la crise au CHU, la question de la délocalisation n’a pas été tranchée, jeudi soir, à l’issue du « congrès des instances » qui a rassemblé les principaux acteurs du dossier, à la résidence Départementale du Gosier.

Lancement d'une nouvelle étude de faisabilité

Une « réunion des instances » pour faire un nouveau point d’étape dans la réorganisation des soins, en présence de l’Agence régionale de Santé, le Département, la commission médicale d’établissement, le conseil de surveillance, le comité technique d’établissement, la commission des soins infirmiers et le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail. L’occasion pour l’ARS d’annoncer le lancement d’une nouvelle étude de faisabilité dont les conclusions seront remises dans un mois. L’ARS qui a par ailleurs précisé qu’une délocalisation totale serait définitive jusqu’à la livraison du nouveau CHU. Mais quelque soit l’option choisie, la durée des travaux serait d’au moins 18 mois. Les coûts liés à la réorganisation des offres de soins sont déjà estimés à plus de 50 millions d’euros. La décision finale devrait être annoncée « fin mai, début juin » comme l’a indiqué la directrice de l’ARS, Valérie Denux :

Des blocs modulaires à Palais-Royal ?

Une étude de faisabilité portant notamment sur l’implantation de « blocs modulaires » sur le site du Centre gérontologique de Palais-Royal. De véritable blocs opératoire mobile et permanent. Chantal Lerus, présidente de la commission de surveillance du CHRG :

La présidence du Département milite pour une délocalisation totale

Josette Borel Lincertin, présidente du Conseil Départemental et du comité de surveillance du CHU, milite pour une délocalisation totale du CHU :

Les syndicats s'impatientent

Du côté des organisations syndicales, on commence à s’impatienter. Mais on se réjouit de l’étude de faisabilité sur les « blocs modulaires ». Freddy Manioc, aide soignant au CHU et secrétaire du syndicat CGTG-CHU :

Tags (Étiquettes)
Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également