Covid-19 : les syndicats réagissent aux annonces du ministre de l'éducation nationale

Par 28/07/2021 - 20:39 • Mis à jour le 28/07/2021 - 20:10

Suite aux annonces du ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, quant aux mesures sanitaires dans les classes pour la prochaine rentrée, le syndicat national des enseignements de second degré et l'union des parents d'élèves réagissent.

    Covid-19 : les syndicats réagissent aux annonces du ministre de l'éducation nationale

Les élèves non-vaccinés en cours à distance si un cas de Covid-19 est détecté dans la classe

Le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a fait des annonces choc aujourd'hui sur France Info. Il a décliné les nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 dans les établissements scolaires dès la rentrée de septembre.

Si dans le primaire, la règle de la fermeture d'une classe restera de mise dès qu'un enfant est testé positif, pour le secondaire, c'est-à-dire pour les collégiens et lycéens entre 12 et 17 ans, une distinction sera faite entre adolescents vaccinés et non-vaccinés. C'est ce qu'explique le ministre de l'éducation nationale :

S'il y a une contamination, ce seront les élèves non-vaccinés qui seront évincés, mais pas les élèves vaccinés. C'est évidemment une forte incitation à être vacciné. Ceux qui ne seront pas vaccinés seront en enseignement à distance

Si un cas est détecté en classe, les non-vaccinés devront rentrer chez eux pour une durée de 7 jours pour continuer les études à distance, tandis que les élèves vaccinés poursuivront dans l’établissement.

Des annonces irréalistes, selon le SNES

Une école à deux vitesses et un dispositif très compliqué à mettre en place dans l’Académie de Martinique. C'est ce que dénonce le SNES (Syndicat national des enseignements de second degré) qui ne s’oppose pas à la vaccination, bien au contraire, mais estime que les annonces du ministre sont impossibles à appliquer. Pour Valérie Vertale-Loriot, la secrétaire académique du SNES, cette annonce n'est pas réaliste :

Il y a tellement de questions derrière cela. Notamment sur la question du distanciel et du présentiel, mais aussi sur le statut de l'enseignant. Cela veut dire qu'un enseignant devra effectuer le présentiel avec des élèves vaccinés, et il devra faire le distanciel en plus, alors que ses heures ont été effectuées

D'autant que ces annonces tardives du ministre ne sont pas en adéquation avec la mise au point de la continuité pédagogique annoncée :

Encore une fois, Jean-Michel Blanquer nous montre qu'il est complètement déconnecté de la réalité. Il fait des annonces extrêmement tardives, nous sommes en vacances scolaires. Qui va contrôler le statut vaccinal des élèves ? Les professeurs, les chefs d'établissements, les infirmières scolaires ? On est aussi dans un grand mensonge quand on nous parle de continuité pédagogique, particulièrement en Martinique. On sait les difficultés d'internet ici

L'Union des parents d'élèves : importance des gestes barrières

Pour le président de l'Union des parents d'élèves, Gérard Laguerre, l'important est le respect des gestes barrières :

Les fossés sont creusés perpétuellement. L'absence d'outils de pilotage partagés par les différentes autorités, c'est un moyen de creuser le fossé. Alors oui il y aura des risques, qui devraient être limités si l'ensemble des mesures liées à la sécurité sanitaire sont appliquées

 

Tags