Covid-19 : le CHU de Martinique, sous tension, tire la sonnette d'alarme

Par 19/07/2021 - 15:32 • Mis à jour le 19/07/2021 - 15:28

Dans un communiqué, le CHU de Martinique alerte aujourd'hui (lundi 19 juillet) sur la dégradation de son offre de soins, compte tenu de la quatrième vague de l'épidémie de Covid-19 sur l'île, d'une intensité inédite.

    Covid-19 : le CHU de Martinique, sous tension, tire la sonnette d'alarme

Face à cette quatrième vague pandémique, le CHU de Martinique tire la sonnette d'alarme sur sa situation interne d'offre de soins.

En effet, en deux semaines, le pic de la troisième vague est déjà dépassé. Une augmentation exponentielle de cas positifs a été observée au sein de la population des jeunes, et même parmi le personnel de l'hôpital. C'est la raison pour laquelle le plan blanc a été déclenché du CHU de Martinique le 12 juillet dernier et l’état d’urgence sanitaire déclaré. Etat d'urgence qui se prolonge jusqu'au 30 septembre en Martinique, selon les récentes déclarations de Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

La situation est alarmante, selon le CHUM, qui insiste sur l'épuisement des équipes déjà largement engagées depuis le début de la pandémie, et qui déplore un taux de vaccination encore bien trop faible.

L’hôpital est déjà fortement impacté par la situation et a dû se réorganiser. En 8 jours, 65 lits dédiés ont dû être ouverts et 40% des capacités de réanimation réaffectés. Des déprogrammations d'opérations sont mises en place, mais l'établissement redoute surtout d'être submergé :

Malgré l’apport de ressources extérieures, réserve sanitaire et, nous l’espérons, militaire, l’accroissement rapide du besoin va dépasser les capacités de médecine et de réanimation du CHU et ce au détriment du traitement des patients porteurs d’autres pathologies. La situation nous contraint à déprogrammer des interventions chirurgicales et reporter certaines hospitalisations, tout en garantissant les urgences, la cancérologie

Les soignants doivent désormais choisir les catégories de malades à prendre en charge, et des transferts sanitaires vers l'hexagone devraient intervenir :

Nos soignants, ceux appelés « les soldats » et applaudis tous les soirs à 20h il y a encore quelques mois, se voient désormais confrontés au dilemme de prendre en charge une catégorie de malades plutôt qu’une autre. Le transfert de patients Covid ou non Covid vers la métropole est envisagé . Lorsque le CHU est touché, les patients martiniquais le sont plus encore

Le CHUM insiste ainsi sur la vaccination comme moyen primordial de désengorger ses services et de rétablir la raison d'être de l'hôpital dans le soin à donner à chacun :

Choisir librement de se vacciner c’est décider de protéger les plus faibles, c’est se donner l’espoir de pouvoir enfin circuler, se rencontrer, sauver l’école et les entreprises martiniquaises. Y renoncer, c’est accepter la mise en danger de ceux qui ont besoin de l’hôpital

Tags