URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/caraibes/annick-girardin-favorable-un-visa-outre-mer RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Annick Girardin favorable à un visa Outre-Mer

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, s'est dite mardi soir "favorable à la création d’un visa outre-mer à destination des ressortissants des pays voisins", lors du dîner des Trois océans organisé à l'occasion de la semaine des ambassadeurs.
Par Redaction
Par Redaction
Image
Visa voyages
légende image principale
Visa voyages

"Pour ce qui est des échanges universitaires, je suis pour le développement d’un Erasmus régional. J'irai même au-delà: je suis favorable à la création d'un visa outre-mer à destination des ressortissants des pays voisins", a-t-elle déclaré dans son discours aux ambassadeurs de France en poste dans ces pays. "L’idée serait de faciliter les modalités d’obtention d'un visa pour des raisons légitimes : le regroupement familial, la formation professionnelle, les déplacements pour des enjeux économiques, sanitaires et scientifiques", a-t-elle ajouté.

Selon la ministre, "un tel visa outre-mer permettrait de mieux maîtriser les mouvements migratoires". Plusieurs territoires d'outre-mer, comme Mayotte et la Guyane, sont confrontés à une forte poussée migratoire. Évoquant "les outils de coopération en matière de sécurité et de souveraineté", elle a souligné que "les instances communes Préfets/Ambassadeurs ne doivent pas être des coquilles vides". "Pour la zone Antilles-Guyane, contrairement à l’Océan Indien ou au Pacifique, aucun préfet de région dans la zone ne dispose d’un conseiller diplomatique", a-t-elle déploré. "Une situation problématique pour la Guyane où les questions migratoires et de sécurité intérieure sont un enjeu de stabilité".

"Le Centre de coopération policière et douanière Guyane/Brésil fonctionne, il est à étendre avec les autres voisins que sont le Guyana et le Surinam. Des engagements ont été pris dans le plan d’urgence pour la Guyane, il faut s’y tenir", a-t-elle insisté. Enfin, "concernant les conflits de souveraineté, il me semble essentiel que ceux-ci n’obèrent pas nos projets de coopération économiques maritimes", a-t-elle ajouté, sans faire de référence directe au conflit qui oppose les Comores à Mayotte. "Dans l’Océan indien, je suis convaincue que c’est ce qui facilitera la reconnaissance de notre souveraineté dans la région", a-t-elle dit.

Rubrique

À lire également