URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/economie/la-porte-de-sortie-sentrouvre-pour-nagapin RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

La porte de sortie s’entrouvre pour Nagapin

Le président de la CCI des îles de Guadeloupe est dans l’œil du cyclone. 5 membres du bureau de la chambre de commerce ont démissionné de leurs poste. Des courriers ont été envoyés et les choses devraient bouger dans la journée.
Par Thierry Fundéré
Par Thierry Fundéré
Image
La CCI IG traverse une zone de turbulences
légende image principale
La CCI IG traverse une zone de turbulences

Ce nouvel épisode dans le feuilleton à rebondissements de la CCI des îles de Guadeloupe pourrait bien préfigurer l’éviction du président de la chambre consulaire. Nous avons la confirmation que 5 des 10 membres élus du bureau de la chambre de commerce et d’industrie, ont démissionné de leurs fonctions respectives. Des courriers datés du 14 septembre dernier et qui devaient être signifiés par voie d’huissier ce lundi, au président Nagapin, au directeur général par intérim de la CCI et au préfet de région.

 

Lettre de démission

 

 

Alors qui sont-ils, ces 5 membres démissionnaires ?

Eh bien, il s’agit de Michel Claverie, 1er vice-président, Thierry Romanos, 3ème vice-président, David Arnoux, trésorier, Jean-Yves Belaye, secrétaire et Franck Chaulet, secrétaire adjoint. Conséquence, la chambre consulaire va se retrouver dans l’impossibilité de fonctionner. L’article 44  du règlement intérieur de la CCI est d’ailleurs très clair : dès lors que plus de la moitié du bureau a démissionné, ce qui serait en passe d’être le cas, il convient d’organiser l’élection de la totalité des membres du bureau, dans les deux mois ou au plus tard à la prochaine assemblée générale.

Une fronde qui ne date pas d'aujourd'hui

La fronde des anti-Nagapin à l’œuvre déjà depuis plusieurs mois, voire même dès le lendemain de son accession à la présidence en novembre dernier, semble donc sur le point d’aboutir. L’unité patronale affichée lors des dernières élections consulaires pour faire barrage au président de la FTPE Alan Nagam, n’est plus qu’une vague illusion.  La question est de savoir à présent à qui va profiter le "crime", dès lors que le président Henri Nagapin sera débranché. En coulisse en tout cas, certains grands noms du patronat s’activent, singulièrement au MEDEF, pour mettre en orbite leur candidat, dans la course à la future présidence de CCI, avec comme ligne de partage, le maintien ou non du clan Koury, à distance des affaires de la chambre. 

Rubrique

À lire également