URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/economie/les-jeunes-guadeloupeens-plus-pauvres-que-le-reste-de-la-population-1 RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Les jeunes guadeloupéens plus pauvres que le reste de la population

Qu’en est-il de la pauvreté des jeunes en Guadeloupe ? Dans un rapport qui date d’octobre 2016, l’INSEE a évalué la pauvreté des 69 000 âgés de 15 à 29 ans de l’archipel. Etudiants, jeunes salariés, apprentis, pères ou mères de familles ou encore chez leur parents... Les situations sont très diverses.
Par Cécile Rémusat
Par Cécile Rémusat
Image
Les jeunes particulièrement touchés en Guadeloupe
légende image principale
Les jeunes particulièrement touchés en Guadeloupe

Avec une pauvreté bien présente mais aussi des points en amélioration.Selon l’INSEE, en moyenne, le niveau de vie de nos jeunes  s’est amélioré entre 2001 et 2011, avec un niveau de vie moyen de 1 120 €. Les jeunes guadeloupéens ont gagné du pouvoir d’achat. Cependant il reste des jeunes en situation de pauvreté en Guadeloupe.

"Pauvre" avec moins de 600 euros par mois

L’INSEE considère qu’un jeune est en situation de pauvreté en Guadeloupe quand il gagne moins de 600 euros par mois, soit un peu plus de 7000 euros par an. Le risque de pauvreté a légèrement baissé sur 10 ans en Guadeloupe, il était encore de 21% en 2011. Il y a 12% de pauvres parmi les jeunes émancipés mais pour ceux qui sont restés chez leurs parents, la situation est pire.

Un pouvoir d'achat en hausse

Quand au pouvoir d’achat, entre 2001 et 2011, il a augmenté de 2,4% par an chez les jeunes guadeloupéens, qu’ils soient restés ou non chez leurs parents. Les jeunes restent plus pauvres que la moyenne de la population guadeloupéenne : avec un niveau de vie annuel moyen de 13 420 €, contre 14 800 € tous âges confondus. Avec toujours des inégalités de niveau de vie entre les 20% de jeunes les plus pauvres et les 20% les plus riches. Le revenu est multiplié par 6, même si ce chiffre tend à baisser. En Guadeloupe en moyenne, ce n’est pas parce qu’un jeune ne vit plus chez ses parents qu’il a moins de revenus, au contraire. Il y a l’aide des parents, l’aide de la CAF ou tout autre revenu. Il faut noter que les jeunes les moins aisés vivent en majorité de revenus sociaux. Sinon en moyenne, tous jeunes confondus, ce type d’aides constitue le quart de leur budget et tend à baisser, au profit d’un revenu issu d’un emploi. C’est donc surtout en travaillant que les jeunes peuvent payer leurs courses et leurs loyers selon l’étude. Là encore, ce n’est qu’une moyenne car l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi reste très difficile, notamment pour les jeunes issus de milieux plus défavorisés. Et l’augmentation des prix n’arrange rien.

Un niveau de vie qui a augmenté

Le niveau de vie moyen des jeunes guadeloupéens a augmenté de 56 % en 10 ans en Guadeloupe. C’est une économie dynamique dans les années 2000 qui a porté ces progrès souligne le rapport. Il y a aussi l’explication démographique : moins d’enfants dans les ménages, donc à revenu comparable, plus de moyens pour les enfants d’un couple.

Rubrique

À lire également