URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/education/affaire-wendy-ce-nest-pas-fini RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Affaire Wendy : ce n'est pas fini

Sur le campus de Fouillole de Pointe-à-Pitre, l'étudiante Wendy Zébo poursuit son combat contre l'Université des Antilles. Elle réclame la moyenne lors de l'examen pour lequel sa copie a été égarée puis retrouvée et son passage en deuxième année. Les sympathisants de Wendy s'en prennent au professionnalisme de l'expert en graphologie.
Par David Camatchy
Par David Camatchy
Image
Le comité de soutien ce mardi matin @DavidCamatchy
légende image principale
Le comité de soutien ce mardi matin @DavidCamatchy

Qui a noté la copie de Wendy ? C'est la question au cœur de cette affaire qui anime les discussions sur le campus de Fouillole de Pointe-à-Pitre depuis plusieurs mois. Wendy Zébo n'en démord pas et continue son bras de fer avec l'administration de l'Université des Antilles. Cette dernière a demandé une expertise graphologique de la copie de l'étudiante. L'expert a conclu que ce n'est pas l'enseignant correcteur qui a noté la copie. Conséquence, et malgré les rencontres de conciliation du Président de l'UA avec l'intéressée et sa mère, l'administration a jugé que l'étudiante n'a pas passé cet examen et elle n'est pas passée en deuxième année de droit.

"La graphologie, c'est de l'astrologie"

Aujourd'hui, le Journal Rebelle et Combat Ouvrier, qui sont aux côtés de Wendy depuis les premières heures de cette affaire, dénoncent les conclusions du rapport d'expertise graphologique. Selon les soutiens de l'étudiante, l'expert n'a fait que dire ce que l'Université voulait entendre. Selon Mélanie Sulio, membre du Journal Rebelle, il y a des zones d'ombre dans ce rapport. Un rapport qu'il a été difficile à obtenir pour l'avocat de Wendy. Un document remis à un huissier incomplet selon Mélanie Sulio. Il manque cinq pages au document. Elle évoque le fait que toutes les copies de l'examen n'ont pas été utilisées pour établir le rapport. En effet, seules 29 copies sur les 42 participants à l'examen le 8 juin 2018 ont été remis à l'expert. De plus, elle affirme que l'expert ne sait pas reconnaître l'écriture de l'enseignant correcteur. Enfin, Mélanie Sulio tient à rappeler que la "graphologie ce n'est pas une science, ce n'est pas quelque chose de reconnu en France. L'Etat considère la graphologie comme de l'astrologie." 

Des sanctions à venir

Du côté de l'administration de l'Université des Antilles la position n'a pas changé. Elle juge que la copie retrouvée par Wendy et sa mère, quelques jours après l'examen du 8 juin 2018, est une fausse. En tout cas, la copie n'a pas été notée par l'enseignant correcteur, sur la base du rapport graphologique. Eustase Janky ne souhaite pas commenter les accusations des sympathisants de l'étudiante sur l'exactitude du rapport. Toutefois sur les pages manquantes de la copie du rapport remis à l'avocat de Wendy, le Président l'Université des Antilles rappelle que la procédure a été suivie dans les règles. Le document, composé de 100 pages, a été remis complet à un huissier. Enfin, il déclare que "concernant les sanctions disciplinaires qu'encourent l'étudiante dans cette affaire, la commission d'instruction se réunira jeudi 15 novembre 2018. Ensuite, la commission de jugement devrait entériner la décision qui aura été prise à l'encontre de Wendy Zébo en décembre prochain".

Wendy, elle, compte bien aller jusqu'au bout pour obtenir son passage en deuxième année de droit.

 

Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également