Pourquoi la soirée non autorisée a pu aller à son terme ?

La soirée contrôlée samedi soir ne répondait à aucune des règles requises pourtant elle a pu se poursuivre. Explications.
Par Karl Lorand et Jessica Dantin
Par Karl Lorand et Jessica Dantin
Image
gendarmerie nationale

Depuis dimanche soir et la divulgation du contrôle inopiné lors d'une soirée au Diamant, une question revient sans cesse : comment une soirée qui ne répondait à aucune des règles en vigueur a pu se poursuivre ? Contrôlé par le Codaf (comité opérationnel départemental anti fraude), l’événement ne disposait d'aucune autorisation et n'était pas accessible aux secours. Les fêtards ont pourtant pu en profiter jusqu'au petit matin.

Invité de notre journal ce lundi matin, Julien Marie, chef du bureau de la prévention et de l'ordre public à la préfecture a avancé plusieurs éléments de réponse. "La question s'est posée mais dès l'instant où un certain nombre de public est déjà sur place au delà de ce qui est non autorisation ou ce genre de chose, il y a un réel questionnement autour de l'ordre public. Quand vous avez plusieurs centaines de personnes alors que sur place nous avions 7 gendarmes, on pouvait en faire venir plus mais ça aurait pris du temps. Le lieu par ailleurs n'avait qu'un seul accès. De plus c'était une soirée "amène ta bouteille" donc plusieurs personnes avaient des bouteilles en verre donc elles auraient pu s'en servir comme arme par destination contre les forces de l'ordre. Il a été décidé de laisser la soirée aller à son terme même si le principal problème était l'accès des secours. La présence des contrôleurs sur place permettait d'assurer leur accès jusqu'à 2 heures du matin. Ensuite des gendarmes étaient positionnés à proximité pour des contrôles routiers et pouvaient intervenir si besoin."

Ecoutez l'intégralité de l'interview de Julien Marie, il répondait à Jessica Dantin :

Tags (Étiquettes)
Rubrique

Commentaires

ils sont tous des incapables , voici le preuves de l'Etat coloniale Français en Martinique .comme en Guadeloupe l'Etat a laisser une clinique totalement hors normes de fonctionner même situations dont ma femme est mort dans cette clinique saint pierre du docteur tirolien a basse terre en Guadeloupe visiter le site internet martine bhiki

Soumis par bhiki (non vérifié) le lun 06/08/2018 - 12:17

Je ne cautionne pas ces soirées irresponsables mais, je constate que pour des choses plus importantes pou péyi la les réponses ne sont pas aussi promptes.

Soumis par RaRE972 (non vérifié) le lun 06/08/2018 - 15:36

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également