URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/justice/bagarre-au-tribunal-les-trois-proches-condamnes-du-ferme RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Bagarre au tribunal : les trois proches condamnés à du ferme

Les trois personnes qui avaient activement participé à la bagarre générale lors d’une audience du tribunal de Pointe-à-pitre mercredi, étaient présentées en comparution immédiate ce vendredi. Le frère du prévenu a écopé d’un an de prison ferme avec mandat de dépôt. La sœur et la petite amie ont écopé de 6 mois fermes aménageables.
Par Rinsy Xieng
Par Rinsy Xieng
Image
Barre Correctionnelle illustration
légende image principale
Barre Correctionnelle illustration

Laurenzo Menerville a donc rejoint son frère Yohan en prison dès ce vendredi soir. Il a écopé de 30 mois de prison dont 12 fermes avec mise sous écrous. Il faut dire que l’individu de 18 ans avait activement participé à la bagarre. Il voulait selon lui simplement défendre sa sœur qui avait été repoussée par les agents. Usant d’une matraque volée sur l’un des policiers, il avait asséné des coups aveuglement, blessant au total, 2 policiers et 1 gendarme. Ces derniers justifient d’ITT allant jusqu’à 7 jours. Le jeune homme avait usé du juron national à l’encontre de plusieurs fonctionnaires. Un outrage également retenu dans la prévention.

12 mois dont 6 fermes aménageables pour la sœur

Idem pour sa sœur, Maelly Menerville 19 ans, à l’origine de l’affrontement. C’est elle qui avait voulu franchir la barrière du box, pour embrasser son premier frère, a-t-elle indiqué à la barre. Le "tribunal est un sanctuaire qui se doit d’être respecté, il y a des règles mademoiselle" a précisé la présidente. "On contrôle ses émotions ou on ne vient pas assister tout simplement".

12 mois dont 6 fermes aménageables pour la copine

La petite amie du braqueur condamné mercredi, Emilie Sacile était aussi poursuivie, elle avait agrippé des militaires qui tentaient d’évacuer leur prisonnier. Les agents ont défilé à la barre afin de réagir. "Ils étaient plus que 3 ce jours là, mais difficile d’identifier dans l’action les complices" a déclaré l’un d’eux. "A 5 cm près, le coup de bâton m’aurait touché à la tempe, j’imagine mal les conséquences si ça avait été le cas" a souligné un autre. Tous les prévenus se sont excusés timidement. Bizarrement, il n’y avait aucun jeune dans l’assistance cette fois, il faut dire que les autorités avaient prévu des renforts en nombre.

Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également