URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/justice/bizutage-horrible-en-prison-trois-detenus-condamnes RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Bizutage horrible en prison: trois détenus condamnés

Les conditions en prison sont certes dures mais elles ne peuvent en rien excuser certaines déviances. Trois détenus de Fond Sarail étaient jugés hier mercredi devant la juridiction pointoise pour des violences aggravées, commises sur un nouvel arrivant en février dernier. Notez qu'à la base, la procédure avait été ouverte pour actes de tortures, une qualification criminelle. Après correctionnalisation, la bande de bourreaux a écopé de peines allant de 6 à 8 ans de prison ferme supplémentaire, plus que requis par le parquet.
Image
Bandes en prison illustration
légende image principale
Bandes en prison illustration

Une cruauté extrême sans aucune part d’humanité a souligné un des magistrats. Dans la nuit du 16 au 17 février dernier, un nouvel arrivant est admis en détention. Il est placé dans une cellule commune avec 7 autres jeunes. Ces derniers le trouvent un peu trop arrogant, ils décident de lui faire sa fête. Ils commencent d’abord par lui demander ses effets personnels, puis le tabassent. Le jeune homme reçoit plusieurs coups de poing et de pied sur le corps avec à l'issue 1 mois d'ITT.

Au-delà des violences physiques, la bande lui ordonne ensuite de boire le contenu d’une bouteille d’eau mélangée à de la javel et du savon liquide puis ensuite de l’urine, la victime est contrainte aussi de manger des excréments et du sperme. Sa tête est rasée. Des méthodes indignes et révoltantes, qui font penser aux moments les plus sombres de l’histoire, a indiqué la présidente dégoutée.

Tout cela aurait pu être évité si les conditions d’incarcération étaient meilleures a soulevé l’un des avocats de la défense. Il y a forcément du bizutage en prison. Le procureur a rappelé que la procédure avait en premier lieu été ouverte pour acte de tortures, une qualification relevant normalement des Assises. Il a requis 5 ans. Le tribunal est allé au-delà vu la gravité des faits, en condamnant le principal instigateur, elric Bébel à 8 années de prison supplémentaire, ses deux acolytes, josé Girard et roan Peter à 6 ans fermes.

Rubrique

À lire également