URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/justice/deux-jeunes-cambrioleurs-interpelles-petit-bourg RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Deux jeunes cambrioleurs interpellés à Petit-Bourg

Deux jeunes majeurs étaient présentés en procédure de comparution immédiate hier jeudi, pour une série de cambriolages perpétrés ces derniers jours à Petit-Bourg. Ils étaient entrés par effraction chez des particuliers avant de saccager et de repartir avec les objets de valeur. Après avoir croisé une patrouille de gendarmerie sur la route, les prévenus en voiture, ont refusé d'obtempérer. Finalement rattrapés et jugés, ils ont écopé de 8 mois de prison dont 4 fermes.
Par Rinsy Xieng
Par Rinsy Xieng
Image
gyrophare gendarmerie
légende image principale
gyrophare gendarmerie

Christopher Abanès et Kevin Rimbon, respectivement 20 et 19 ans, ont tenté de semer les militaires après avoir commis plusieurs méfaits à Petit-Bourg en début de semaine, notamment à Montebello. Malgré les sommations et le gyrophare, le conducteur sans permis a essayé de se soustraire au contrôle. "On ne savait pas que c'était pour nous" a t-il expliqué. Les gendarmes trouvaient en effet le comportement du chauffeur suspect surtout en pleine nuit. Finalement rattrapés, les individus se sont de surcroît rebellés. Ils ont été placés en garde à vue. En fouillant leur véhicule les agents ont découvert plusieurs objets volés dans au moins 4 maisons.

"Tous les jeunes font des bêtises!"

A la barre, le plus âgé a déclaré aux juges : "Mais tous les jeunes font des bêtises!". "Faux! il ne s'agit pas de bêtises mais de délits graves" a rétorqué le vice procureur. Chose aggravante, l'un des mis en cause, mis en fuite par une des victimes lors d'une effraction, a eu le culot de lui lancer un regard menaçant, car frustré d'avoir été stoppé dans son action. Une forme d'intimidation incompréhensible pour les juges. Vu leur jeune âge, le tribunal a condamné les deux prévenus à 8 mois de prison dont 4 fermes aménageables. Contrairement à la peine d'1 an avec mandat de dépôt requis par le ministère public, les juges ont préféré ne pas ordonner de mise sous écrous. Les intéressés sont donc repartis libres après audience.

Rubrique

À lire également