URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/justice/la-karujet-2012-devant-le-tribunal-correctionnel RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

La Karujet 2012 devant le tribunal correctionnel

L’affaire avait fait grand bruit à l’époque notamment dans les milieux écologistes. Une épreuve de la Karujet 2012, durant laquelle plusieurs pilotes étaient passés en trombe sur une zone protégée du Parc National. Et bien après 5 ans de procédure, le dossier a finalement été appelé hier devant les juges correctionnels. Des condamnations financières surtout, ont été réclamées à la société organisatrice et à son gérant. Le délibéré est prévu au 30 mai prochain.
Par Rinsy Xieng
Par Rinsy Xieng
Image
palais de justice procès karujet 2012
légende image principale
Le palais de justice de Pointe-à-Pitre. DR

Une compétition internationale qui se serait bien passée d’une telle publicité, on l’imagine.  Fin mars 2012, une épreuve se déroule dans le cul-de-sac marin, au cœur du parc national.

 Quatre pilotes en jet-ski passent à toute vitesse, hors balises. Un peu plus tard, c’est tout un peloton qui traverse la zone située autour de l’îlet Pigeon.  Il faut savoir qu’il s’agit là d’une réserve, avec une faune protégée : poissons, cétacés, tortues, mammifères marins bref.

Plainte est déposée par les agents en charge de ce sanctuaire "Agoa".  La procédure sera classée sans suite à plusieurs reprises, mais l’Agence nationale française de la biodiversité est alertée, elle saisie en appel la chambre de l’instruction.

Selon elle, les coureurs en plus d’avoir perturbé le secteur, fonçaient à toute allure dans la bande des 300 mètres, ce qui est strictement interdit à cause des baigneurs.  Eric Paulin, à la tête de l'événement, s’est expliqué à la barre, il a pris toutes les précautions mais difficile de surveiller le comportement de chaque compétiteur, il le regrette.

 L’avocat maître isabelle Marie-Gabriel a ajouté que toutes les autorisations en règles avaient été validées par la direction de la mer et le préfet de l’époque, son client n’est de plus, pas le directeur de course mais simplement le gérant.

 L’agence française a réclamé 12.000€ de préjudice, le parc national 1€ symbolique avec publication dans les journaux à titre pédagogique… Plus 10.000€ d’amende en ce qui concerne le parquet. La décision du tribunal sera rendue le 30 mai prochain dans cette affaire qui, on peut le dire, avait fait beaucoup de vagues.    

Rubrique

À lire également