URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/justice/prive-de-salaire-fred-madinecouty-introduit-un-refere-devant-le-ta RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Privé de salaire, Fred Madinécouty introduit un référé devant le TA

L’ancien DGS, directeur général des services, de la communauté d’agglomération du sud Basse-Terre, Fred Madinécouty en conflit désormais avec la CASBT. Privé de salaires depuis le 1er août dernier, l’intéressé a introduit un référé devant le tribunal administratif du chef-lieu, pour contester cette décision de la communauté d’agglo.
Par Thierry Fundéré
Par Thierry Fundéré
Image
Le référé sera étudié par le Tribunal Administratif de Basse-Terre
légende image principale
Le référé sera étudié par le Tribunal Administratif de Basse-Terre

L’ex bras droit de Lucette Michaux-Chevry, est rappelons-le toujours mis en examen, sous contrôle judiciaire, dans le cadre de l’affaire de détournements de fonds présumés à la CASBT. Incarcéré en début d’année dans ce dossier, il avait ensuite été remis en liberté en mars dernier. Ce référé devant le TA de Basse-Terre laisse supposer une dégradation des relations désormais entre Madinécouty et la présidence de la CASBT.

Dossier appelé ce mardi

Ce litige pour des questions de salaires sera appelé à l’audience du tribunal administratif de Basse-Terre demain mardi. Le bras de fer entre l’ancien directeur général des services de la CASBT et la présidence de cette communauté d’agglomération du sud Basse-Terre intervient 6 mois après la remise en liberté de Fred Madinécouty dans le dossier politico-financière de la communauté d’agglo Grand Sud Caraïbes. La juridiction administrative va devoir dire le droit et se prononcer sur la demande formulée par l’ancien proche collaborateur de Lucette Michaux-Chevry au juge des référés. A savoir, suspendre l’arrêté du 1er août 2017 par lequel, la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe a prononcé la suspension de son salaire depuis cette même date. Une décision contestée qui a pour conséquence de priver le plaignant désormais de son traitement mensuel, de ses droits à avancement d’échelon et à retraite. En clair, bien qu’étant dans l’impossibilité de remplir ses fonctions, au regard des poursuites judiciaires dont il fait l’objet et des restrictions liées à son contrôle judiciaire, Fred Madinécouty, souhaite continuer à percevoir son salaire.

Représailles ?

Est-ce une mesure de représailles de la présidente de la CASBT suite aux révélations faites au juge en charge de l’enquête sur l’affaire financière de la communauté d’agglo durant son incarcération ? Ou au contraire, la CASBT cherche-t-elle à se couvrir, pour continuer à payer Madinécouty ? Précisons qu’un autre DGS en délicatesse avec la justice, actuellement en poste dans une commune de l’archipel, avait perçu l’intégralité de son salaire durant ses mois de détention, dans une autre affaire. Il plaira donc au tribunal administratif de trancher. Seul à avoir été incarcéré dans le cadre de l’affaire de détournements de fonds présumés de la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe, Fred Madinécouty avait été remis en liberté sous contrôle judiciaire le 14 mars 2017, avec obligation de quitter le territoire, interdiction de se rendre dans les locaux de la CASBT, ni d’entrer en contact avec les personnes mises en cause dans le dossier. Il avait du quitter le département pour l’hexagone. Faisant l’objet d’un strict contrôle judiciaire, l’homme reste mis en examen notamment pour "escroquerie en bande organisée, association de malfaiteurs et détournement de fonds publics". Un dossier dans lequel, à cette date, 5 autres protagonistes dont la présidente de la CASBT sont poursuivies. 

Rubrique

À lire également