URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/politique/chantal-maignan-abandonne-son-parti-pour-la-republique-en-marche RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Chantal Maignan abandonne son parti pour la République En Marche

Dans un communiqué de presse laconique publié lundi après-midi, Chantal Maignan, candidate malheureuse aux législatives dans la 1ère circonscription, a annoncé qu'elle quittait la présidence du Parti Régionaliste Martiniquais pour rejoindre le mouvement présidentiel, La République en Marche.
Par Karl Lorand et Pascal Michaux
Par Karl Lorand et Pascal Michaux
Image
Chantal Maignan
légende image principale
Chantal Maignan entend être de toutes les batailles électorales à venir.

La vie politique de Chantal Maignan est pleine de rebondissements. En 2010, la Robertine entre au Conseil Régional sous les couleurs de feu l'UMP (Les Républicains). En cours de route elle quitte le parti de droite pour créer le Parti Régionaliste Martiniquais. Toujours classée à droite, Chantal Maignan en profite pour se rapprocher de la majorité EPMN. Entre temps, elle échoue à prendre la mairie du Robert en mars 2014 malgré un score honorable.

Le rapprochement avec la majorité régionale se concrétise lors de la campagne des élections territoriales de 2015 où le PRM fondu dans EPMN est de tous les combats. La défaite de 13 décembre 2015 laissera cependant des traces.

Sans siège au sein de la nouvelle Collectivité Territoriale de Martinique, Chantal Maignan se fait discrète. Elle réapparaît sur les radars politiques et médiatiques au premier semestre 2017. La conseillère municipale d'opposition au Robert réactive ses réseaux et se lance dans la campagne des législatives sans l'aval de l'alliance à laquelle elle appartenait jusque là. Elle profite au passage pour soutenir Emmanuel Macron à la présidentielle.

Ce soutien lui vaut d'être désignée comme candidate de La République En Marche dans la circonscription du Centre. Chantal Maignan est cependant défaite dès le premier tour. Peu importe, forte de ce soutien, de son ambition pour les municipales 2020 et de ses 2500 voix, elle quitte donc la présidence du parti qu'elle a créée pour militer dans les rangs du parti d'Emmanuel Macron.

"Nous allons nous structurer pour nous attaquer à toutes les élections qui viennent. C'est à dire aux européennes, aux municipales. Nous allons nous inscrire dans la durée. Par conséquent, comme nous partageons les mêmes valeurs, que nous apprécions l'intégration de la société civile et la dynamique de ce parti nous avons choisi d'y apporter pleinement notre contribution", a déclaré la désormais militante de La République En Marche.

Chantal Maignan ajoute donc une nouvelle ligne à son parcours politique qui compte aujourd'hui largement plus de virages que de victoires.

Rubrique

Commentaires

Aucun virage : l'adhésion à l'UMP quand Nicolas Sarkozy en faisait une droite plurielle ; le départ quand il choisit le ligne Buisson, je continue à vouloir faire vivre une droite progressiste avec la création du PRM et quand MACRON crée ce progressisme national, aucune raison de s'isoler en refusant de travailler avec les partis nationaux. Il n'y a là que de la cohérence. Jamais, je ne me suis fondue dans EPMN qui n'est qu'une alliance de gestion et qui n'a pas d'autorisation à me donner pour faire vivre mes convictions. De même, vous semblez ignorer que je suis une lue communale et communautaire. Donc des victoires, il y en a
toujours eu ; sauf si vous estimez qu'il y a des élus à deux vitesses !

Soumis par Chantal MAIGNAN (non vérifié) le mar 20/06/2017 - 13:13

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également