URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/politique/les-frondeurs-du-ppm-quittent-le-parti RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Les frondeurs du PPM quittent le parti

La victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle a des répercussions politiques en Martinique. Les cadres du Parti Progressiste Martiniquais (PPM) qui l'ont soutenu quittent le parti pour créer leur propre formation.
Par Jean-Marc Pulvar (édition : Karl Lorand)
Par Jean-Marc Pulvar (édition : Karl Lorand)
Image
Eric Coppet Daniel Chomet Fred Lordinot Macron En Marche
légende image principale
Eric Coppet, Daniel Chomet et Fred Lordinot devraient créer leur propre mouvement pour porter le projet d'Emmanuel Macron. ©D.R.

Ceux qui au PPM ont soutenu Emmanuel Macron, contre la ligne officielle du parti sont entrain d’acter leur désaccord politique avec le parti d’Aimé Césaire. Ils ont, disent-ils, constaté  des divergences, sur le fonctionnement du parti, ses stratégies, la fragilité de d’alliance ensemble pour une Martinique nouvelle, l’absence de débat et des décisions (du parti)  qui seraient prises finalement et selon eux, au sommet sans consulter la base.

Combien seraient ils ces démissionnaires ? Pour l’instant trois noms circulent. Il s'agit de Daniel Chomet et Eric Copet qui sont des militants. Fred Lordinot, élu à la CTM, vice président de l’assemblée, fait lui aussi parti des démissionnaires. Des militants exigent déjà la démission de ce dernier, puisque élu avec le PPM et l’Alliance EPNM. Daniel Robin qui participé à la campagne pour Emmanuel Macron au deuxième tour ne serait pas dans ce mouvement. 

Ce groupe démissionnaires ne cache pas sa volonté de créer en Martinique une vraie alternative politique qui prendra ses racines dans la dynamique Macron. Il s'agit selon ses membres d'amplifier chez nous le projet Macron.

Ces futurs ex ppm ont mis en place le KPM  (Konvergens progressiste Matinik). Confiants, ils annoncent une vague de départs au sein du PPM.

Au Parti, les dirigeants n'ont pas encore réagi officiellement pour l’instant. Sans doute que cette question sera ajoutée à la réunion du comité nationale programmée pour ce mardi soir.  À moins qu’elle soit renvoyée à plus tard. Militants et membres du comité national affirment qu’il y a, au parti aujourd’hui, d’autres priorités.

Rubrique

À lire également