URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/politique/plusieurs-demissions-au-conseil-municipal-de-basse-pointe RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Plusieurs démissions au Conseil municipal de Basse-Pointe

Plusieurs adjoints et conseillers municipaux de la majorité de Basse-Pointe ont démissionné cette semaine. Ils disent stop aux abus de la maire de la commune, Marie Thérèse Casimirius.
Par Sullyvan.D avec Olivia Lebrun
Par Sullyvan.D avec Olivia Lebrun
Image
Hôtel de ville de Basse-Pointe
légende image principale
Hôtel de ville de Basse-Pointe. Photo mairie de Basse-Pointe

À Basse-Pointe, plusieurs conseillers municipaux et adjoints de la majorité ont démissionné cette semaine. Ils sont quatre au total à dire stop aux abus de la maire de la commune, Marie Thérèse Casimirius.

Pire encore, certains membres municipaux dénoncent une politique associative qui se meurt, des prises de décision sans concertation et aucune préparation faite en vue des conseils municipaux.

Depuis l'arrivée de Marie Thérèse Casimirius aux commandes de la mairie, ils sont plus de quatre a avoir abandonné le Conseil Municipal et d'autres pourraient très certainement suivre.

Selon Daniel Romud l'un d'entre eux, la maire de Basse-Pointe maire depuis mars 2014, applique des méthodes dictatoriales. Les élus seraient muselés et subiraient des pressions. Une situation que ne peut plus endurer Daniel Romud, qui dit même craindre pour sa sécurité.

Le personnel municipal se plaint également de postes non remplacés, d'une surcharge de travail et d'une mauvaise gestion des structures municipales.

Marie Thérèse Casimirius tente de minimiser ces démissions en expliquant qu'elles sont choses courantes au sein des municipalités.  

Pourtant, ce n'est pas la première fois que les conseillers municipaux montent aux créneaux contre leur maire. Il y a un an, des membres de la majorité s'étaient opposé à elle, lorsqu'elle avait évincé l'une de ses adjointes.

Marie Thérèse Casimirius avait tenté de lui retirer sa délégation de signature. Une décision qui avait été perçue par les conseillers municipaux comme une sanction.

Tags (Étiquettes)
Rubrique

À lire également