"Une vraie envie d'avancer ensemble" : la confiance affichée

Chlordécone, sargasses, CHU de Guadeloupe, aides économiques, apports avec l'UE, accord de Guyane, avenir de Mayotte... Après une semaine de réunions avec les parlementaires et exécutifs des territoires au ministère des Outre-mer, Annick Girardin a fait le bilan lors d'un point presse.
Par Aline Druelle
Par Aline Druelle
Image
Après de nombreuses réunions au ministère des Outre-mer, un bilan a été fait
légende image principale
La ministre des Outre-mer Annick Girardin a fait le point après les rencontres organisées toute la semaine (©AD)

"Sur chacun des sujets nous avons une méthode, un calendrier et surtout une vraie envie d'avancer ensemble". Dans un des salons de la rue Oudinot ce jeudi soir, Annick Girardin ne cachait pas une certaine satisfaction à l'issue de toutes les rencontres qui ont eu lieu cette semaine.

Argent, personnels et rencontres sur les sargasses

La ministre est notamment revenue sur l'un des grands dossiers abordés : celui des algues sargasses, une véritable urgence pour les territoires. Annick Girardin a confirmé l'enveloppe d'1,7 millions d'euros en 2018 -elle était d'1,5 million en 2015-, la mobilisation d'au moins 100 personnes supplémentaires en Martinique et en Guadeloupe, des recherches et expérimentations pour "travailler sur des solutions innovantes de ramassage" , sur la toxicité avec des capteurs. Des "rencontres régionales voire internationales" pour échanger avec les pays voisins aussi concernés par le problème doivent aussi être organisées.

Chlordécone : la publication des cartographies 

"L'Etat admet sa part de responsabilité", a reconnu la ministre, soulignant que cela faisait quatre ans qu'il n'y avait pas eu de réunion ministérielle sur le sujet avant de rappeler le souhait du gouvernement de "faire encore mieux", d'être "davantage transparent", notamment avec la diffusion au grand public des cartes de contrôles et d'analyses des sols et la tenue d'un grand colloque du 16 au 18 octobre en Martinique et en Guadeloupe. "On doit faire preuve de pédagogie, aux côtés des populations et des agriculteurs", a insisté Annick Girardin.

CHU de Guadeloupe : le principe de précaution

Alors qu'une décision entre les deux scénarios doit être prise sur une délocalisation partielle ou totale de l'hôpital, la ministre s'est dite favorable à la deuxième option. "Parce qu'elle permet de regarder vers l'avenir, de déjà préparer l'organisation future du CHU puisque nous savons que la construction du nouveau va prendre entre cinq et sept ans", a expliqué Annick Girardin.

La conclusion des Assises d'ici fin juin

Avec 2000 projets déposés, 25 000 participations aux consultations, la ministre s'est félicitée de la participation aux Assises des Outre-mer, une "opportunité unique" pour Annick Girardin "en début de quinquennat" et qui montre que les territoires sont bien des "terres d'innovation".

Le calendrier final a également été précisé. Dans un mois, le rapporteur général Thierry Bert doit remettre sa synthèse de l'ensemble des travaux menés localement. Un rapport qui servira de base pour le fameux "Livre Bleu Outre-mer" qui devrait être rendu au président de la République Emmanuel Macron "la dernière semaine de juin". Un conseil interministériel à l'Outre-mer pourrait également se tenir à Matignon entre-temps.

Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également