URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/risques-naturels/les-robertins-ne-supportent-plus-les-sargasses RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Les Robertins ne supportent plus les sargasses

Les sargasses sont de plus en plus nombreuses à venir s'échouer sur la côte atlantique. Des algues qui dégagent une forte odeur nauséabonde et qui est devenue insupportable pour certains habitants du Robert. Au quartier Pontaléry, les riverains n'en peuvent plus. Les algues envahissent les ruelles, et abîment les équipements électriques. Selon certains, les algues auraient également un impact sur la santé. Face à l'ampleur du phénomène, la municipalité se sent démuni.
Par Sandrine Claude et Olivia Lebrun
Par Sandrine Claude et Olivia Lebrun
Image
sargasses dans les rues du Robert quartier Pontaléry
légende image principale
Les sargasses envahissent les rues du quartier Pontaléry au Robert

Depuis plusieurs mois, le quartier Pontaléry au Robert doit faire face à une invasion de sargasses. Les algues viennent se loger entre les ruelles, dégageant une odeur à peine supportable pour les habitants. Ces derniers se plaignent des multiples conséquences de ces algues sur leur habitat et leur santé. Les sargasses abîmeraient les équipements électroniques et provoqueraient des allergies.

 

Sarah, une jeune Robertine du quartier Pontaléry, doit vivre avec ce fléau du matin au soir. Les algues stagnent à proximité immédiate de son foyer. Elle déplore notamment la perte de sa voiture, d'une télévision et d'une machine à laver à cause des algues. Mais la jeune femme s'inquiète également des conséquences pour sa santé, « depuis la venue des sargasses, j'ai le nez qui pique et la bouche qui gratte ».

 

La situation n’est pas nouvelle : ces odeurs nauséabondes avaient déjà mené à une fermeture de l’école du quartier. Aujourd’hui, entre démarches qui n‘aboutissent pas et un accès difficile aux algues, le maire Alfred Monthieux confie être en partie impuissant. «Il est difficile pour les agents d'avoir accès aux sargasses coincées entre les habitations, les engins ne passent pas. Nous avons essayé de mettre en place des filets, mais cela coûte trop cher et empêche la circulation des bateaux » a réagit le maire désespéré.

 

Alfred Monthieux, le maire du Robert interrogé par Sandrine Claude :

 

 

Si pour l’heure les services techniques de la ville effectuent quelques rares opérations de ramassage, la municipalité compte solliciter l’état pour réclamer une zone de repli. Afin que les habitants de Pontaléry puisse de nouveau respirer.. sans le moindre danger.

 

Rubrique

À lire également