URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/risques-naturels/vous-nous-empechez-de-travailler-routes-de-guadeloupe RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

"Vous nous empêchez de travailler ! " (Routes de Guadeloupe)

80 000 foyers sont encore privés d’électricité et d’eau. Pour le directeur de Routes de Guadeloupe, une partie des opérations de déblaiement sont rendues difficiles par la présence de badauds et de personnes circulant malgré les consignes de confinement.
Par Olivia Losbar
Par Olivia Losbar
Image
Tractopelle
légende image principale
Tractopelle

Les conditions météorologiques conséquentes du passage de l’ouragan Maria sur la Guadeloupe ce mardi, ont rendu les opérations de déblaiement et de sécurisation très difficiles pour les services publics.

Le vent toujours très soutenu a ainsi rendu impossible tout survol aérien de reconnaissance sur l’archipel.

Ce soir, 80 000 foyers sont toujours privés d’électricité et bon nombre sont également privés d’eau.

Si la majorité des grands axes routiers ont pu être dégagés par les équipes de Routes de Guadeloupe, certaines voies susceptibles de présenter un certain danger, demeurent interdites à la circulation à l’instar de la Route des Mamelles et du littoral de Rivière Sens. Un peu partout sur le territoire, les arbres et branches jonchaient encore sur la chaussée, rendant la circulation difficile voir dangereuse, d’où le maintien du niveau de vigilance grise par les autorités.

Seuls les forces de l’ordre et les équipes de secours étaient ainsi autorisées à circuler.

Des mesures qui n’ont pas été respectées par certains : nombreux étaient en effet le nombre de véhicules circulant sur les routes en ce lendemain de cyclone.

Une situation qui a provoqué la colère du directeur de Routes de Guadeloupe. Jean-Gabriel Quilin était l’invité du journal de 18h hier sur RCI Guadeloupe, il s’est insurgé contre le comportement de certains imprudents.

Selon, lui, si le réseau routier n’a pas été entièrement été rétabli ce mardi, c’est en partie en raison du comportement de certains guadeloupéens, qui en prenant le risque de circuler, malgré les mesures de confinement liées à la vigilance grise, ont mis en danger leurs vies et ralenti le travail des équipes de Routes de Guadeloupe.

La présence de ces véhicules a selon Jean-Gabriel Quilin, contraint ses équipes à parfois éloigner les engins, voir à interrompre leurs opérations afin de ne pas mettre en danger ces badauds.

Le Directeur de Routes de Guadeloupe appelle donc la population à avoir un comportement plus civique dans les jours à venir. Les écoles étant encore fermées, il conseille à la population de ne pas circuler sans raison et respecter les mesures de sécurité établies par la Préfecture.

Rubrique

À lire également