URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/social/cftu-ou-en-est RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

CFTU : où en est-on ?

6 ème jour de mobilisation, ce jeudi pour une partie des salariés de la CFTU. Mais quand le réseau redémarrera ? Le président de la CFTU met les points sur les i.
Par Sullyvan Daphné avec Hanna Roseau
Par Sullyvan Daphné avec Hanna Roseau
Image
CFTU : où en est-on ?
légende image principale
Bus Mozaïk dans leur garage. ©RCI

Les usagers du réseau des bus Mozaïk connaissent, ce jeudi 15 novembre 2018 une nouvelle journée galère.

En effet, depuis le samedi 10 plus aucun bus ni de TCSP ne circule en cause un droit de retrait d'une partie des salariés de la CFTU. La cause ? Le licenciement jugé abusif d'une salariée, mais ce n'est pas tout. Il est reproché à la direction la méconnaissance de l'existence du règlement intérieur de la CFTU qui n'a pas été signé par les représentants du personnel. D'autres raisons se sont ajoutées à la liste. Les conditions de travail, la vétusté des bus et les agressions subies par certains de leurs collègues.

Des motivations qui ont donc conduit l'ensemble des travailleurs à exercer leur droit d'alerte et de retrait et ce dès dimanche 11 novembre 2018. Soit le lendemain du début de la mobilisation. Ce que la direction n'admet pas. En effet, selon la direction, d'une part, le droit de retrait ne se met en place que s'il y a danger grave et imminent, ce qui ne semble pas être le cas. D'autre part, les grévistes citent dans leurs doléances un des articles du règlement intérieur qu'ils sont supposés ignorer. 

Pour la direction de la CFTU, les mauvaises conditions de travail évoquées par les salariés sont un prétexte pour masquer la vraie raison de cette mobilisation qui n'est autre que le licenciement de la salariée. Il faut savoir que cette dernière a déjà été mise à pied deux fois après des altercations physiques, et avant ça un abandon de poste. Des faits qui ont eu lieu cette année.

En tout cas, la CFTU assure avoir respecté toutes les procédures. Une réunion a eu lieu avec le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), le jour même du droit de retrait. L'inspection du travail a été saisie juste après. La CFTU attend maintenant son rapport pour déterminer la marche à suivre.

Pour Alfred Alfred, le président de la CFTU, il est clair que le règlement intérieur doit être appliqué. Il ajoute que ce droit de retrait empêche la mise en place d'un service minimum, comme le veut le règlement.

Les précisions de Maître Dominique Nicolas avocat au barreau de Martinique qui explique le droit de grève dans une entreprise de transport public : 
 

Rubrique

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

À lire également