URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/societe/affaire-noah-la-mere-souhaite-reagir RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Affaire « Noah » : la mère a souhaité réagir

RCI a récemment évoqué le dossier de « l’affaire Noah », c’était le 1er Août 2018 dernier, jour de l’anniversaire du petit garçon. L’affaire a été relancée car cela fait huit ans que la famille Beaugendre vit dans la souffrance. En cause, elle n’a aucune nouvelle de Noah depuis que sa mère l’a emmené au Cameroun lorsqu’il était âgé de seulement deux ans. Après avoir recueilli le témoignage du père et de son avocat, la mère a souhaité réagir.
Par Jérémie Losio, Cécile Rémusat et Laura Latchan
Par Jérémie Losio, Cécile Rémusat et Laura Latchan
Image
Affaire "Noah", la mère a souhaité réagir. Image Google.
légende image principale
Affaire "Noah", la mère a souhaité réagir. Image Google.

Nathalie Mercier, la mère de Noah a été condamnée par la justice française pour soustraction d’enfant il y’a huit ans mais depuis le dossier n’a pas évolué.

Elle habite toujours au Cameroun avec son enfant. Elle est inscrite sur les fichiers d’Interpole. Au moment de notre interview, elle ajoutera d’ailleurs : « être privée de sa liberté », car si elle retourne en France, elle risque de se faire arrêter.

ACCORDS ET DÉSACCORDS 

Selon elle "une seule version de l’histoire a été entendue pour le moment", celle de William Beaugendre, le père de Noah. Nathalie Mercier souhaite clarifier les choses, précisant tout d’abord les raisons de son départ. Elle déclare être partie "pour la sécurité de son fils", suite à des « agissements et comportements non corrects » de la part de son ancien compagnon et de la mère de ce dernier. Elle se serait sentie en danger. Rappelons que la justice française n'a pas reconnu cela car aucune plainte n'a été déposée.

Selon le père de Noah, il dit qu'il ne souhaite pas se rendre au Cameroun car "dans ce contexte c'est beaucoup trop dangereux". 

Selon Nathalie Mercier, elle dit avoir contacté son ex compagnon à "plusieurs reprises pour lui permettre de revoir son fils" : "Il y a eu une 1ère tentative de médiation via l’ambassade du Cameroun en 2014, refusée par le père. Ensuite un rapprochement amiable entre avocats, courant 2016, refusé par le père. Puis une prise de contact téléphonique, et le père a même pu s’adresser à son enfant."

Toujours selon Nathalie Mercier, elle déclare "ne jamais avoir interdit au père de venir voir son enfant au Cameroun, c’est ce dernier qui a toujours refusé".

Ne souhaitant pas lui accorder la garde exclusive de Noah, la jeune femme a tout de même proposé plusieurs arrangements au père, souhaitant que l’enfant puisse connaître son père biologique. Mais selon la mère de Noah, l’homme a toujours refusé. Nathalie Mercier ajoute enfin: "il a rejeté toutes mes propositions" en me disant : “non il y’a un mandat qui doit être exécuté j’ai la garde exclusive“.

Rubrique

À lire également