URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/societe/agriculture-la-decouverte-de-lhydroponie RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Agriculture : à la découverte de l'hydroponie...

« Le jardin château Gaillard » innove ! Après s’être lancé dans la production de tomates en hydroponie* il y a presqu’une dizaine d’années, le responsable de projet a lancé depuis peu la culture de laitue en hydroponie. C'est une première européenne !
Par Karl LORAND
Par Karl LORAND
Image
Le jardin château Gaillard s'adonne désormais à la culture de laitues en hydroponie! Pour rappel l'hydroponie est une technique de culture hors sol selon laquelle les racines des plantes reposent dans un milieu reconstitué détaché du sol.

"On est dans l'innovation totale"

"On est le premier projet européen. C’est une culture innovante parce que d’une part c’est une culture en eaux profondes et d’autre part parce que c’est un système de marche en avant. On est dans l’innovation totale" a indiqué Ludovic de Reynal, gérant de la société le Jardin de château gaillard située au Morne-Rouge.

En effet, cette fois-ci ce n’est pas un substrat végétal qui est employé mais de l’eau. Une technique innovante qui permet de produire 2 millions de têtes de laitues par an. Ce procédé permet de s’affranchir des contraintes climatiques et des caractéristiques des sols, par conséquent cela permet également de mieux gérer les coûts et les modes de production.

Du côté des tomates...

Le jardin château gaillard produit 1000 tonnes de tomates par an . De quoi résister à l’exportation de tomates des îles voisines mais pas assez pour faire baisser les prix pour le consommateur. Un prix que les responsables justifient alors par la qualité du produit. "Il y a la qualité qui a un prix mais notre objectif est d'augmenter notre rendement tout en gardant cette qualité." a indiqué Ludovic de Reynal directeur de LAPALUN Château Gaillard, qui produit les laitues.

Les élus de la CCIM en visite sur l'exploitation

Les élus de la CCIM se sont rendus le 10 février au Morne-Rouge sur l'exploitation de 10 hectares. « Ici nous avons un exemple tout à fait extra ordinaire de spéculations locales qui sont capables de rivaliser avec l’importation, et ça je pense que ça a le mérite d’être souligné » a indiqué Manuel Baudouin le président de la CCIM.

Audrey Ollon et Cédric Catan

Rubrique

À lire également