URL CURRENThttps://www.rci.fm/infos/societe/travailleurs-venezueliens-refoules-ce-que-lon-sait RCI ==> CURRENT LANG RCI MARTINIQUE

Travailleurs vénézuéliens refoulés : ce que l’on sait

Les 117 ouvriers vénézuéliens auxquels l’accès notre territoire a été refusé hier pour raisons administratives, n’étaient pas programmés pour des chantiers de BTP, et encore moins pour la construction du nouveau CHU. Ils devaient travailler pour le compte d’un opérateur de téléphonie mobile.
Par Thierry Fundéré
Par Thierry Fundéré
Image
Ils sont 117 à avoir été refoulés
légende image principale
Ils sont 117 à avoir été refoulés

Les 117 travailleurs détachés de nationalité vénézuélienne qui ont été refoulés vendredi à Pôle Caraïbes devaient être déployés en Guadeloupe, en Martinique, à St-Martin, mais aussi à la Dominique, pour le compte de l’opérateur de téléphonie mobile Digicel, apprend-on de sources concordantes.

Il s’agissait pour l’opérateur de mettre en œuvre des moyens humains conséquents afin de rétablir complètement son réseau sévèrement touché suite aux passages des ouragans Irma et Maria sur nos îles et plus largement dans la région. C’est en cela que ces techniciens en provenance du Venezuela ont été dépêchés. Sauf que l’entreprise ne disposait pas des justificatifs requis pour l’employabilité de ces travailleurs détachés, qui eux-mêmes n’ont pas été en mesure de présenter les autorisations de travail et garanties pour exercer en France une activité rémunérée.

Des travaux importants

Digicel étant présent partout dans la Caraïbes et dans la grande région, cela pourrait justifier que l’opérateur fasse appel, à des renforts ponctuels sur d’importants chantiers de remise en état de son réseau comme cela semble être le cas ou pour upgrader ses installations. L’opérateur s’appuie bien entetndu au quotidien sur son effectif de techniciens locaux, dont le nombre n’est manifestement pas suffisant pour répondre à la charge de travail induite par ces impératifs urgents. Mais peu importe les raisons et la technicité nécessaire à la conduite de ces chantiers, Digicel doit se conformer au droit français et communautaire pour déployer sur nos territoires ses travailleurs détachés. L’opérateur l’a appris à ses dépends. Et force est de constater que l’Etat veille au grain; les concurrents de Digicel sans doute, également…

 

Rubrique

À lire également