La Fondation Clément à l'heure des 40 ans du Centre Pompidou

Par • Mis à jour le 25/01/2017 - 01:40

Un an après l'inauguration du nouvel espace muséal de l'Habitation Clément, la Fondation du même nom renforce ses relations avec le Centre Pompidou à l'occasion du quarantième anniversaire du musée d'art moderne et contemporain parisien. Une collaboration scellée dans "le Geste et la Matière, une Abstraction Autre - Paris 1945-1965". Moments choisis lors du vernissage du samedi 21 janvier 2017.

    La Fondation Clément à l'heure des 40 ans du Centre Pompidou
Un an après avoir noué un premier lien lors de l'exposition consacrée au célèbre peintre d'origine haïtienne Hervé Télémaque, la Fondation Clément et le Centre Pompidou viennent de conforter leurs relations à la faveur d'une nouvelle exposition, inédite, "spécifique et non itinérante".

C'est ainsi que le commissaire de l'exposition Christian Briend définissait Le Geste et la Matière, une Abstraction "Autre" Paris 1945 - 1965 lors du vernissage samedi 21 janvier 2017 en début de soirée devant des centaines d'invités réunis dans les jardins de l'Habitation Clément.

Auparavant, le président de la Fondation Clément Bernard Hayot s'était félicité de la dimension caribéenne de cet événement d'art contemporain organisé dans le cadre du 40ème anniversaire du Centre Pompidou. Une exposition appelée à précéder d'autres et faisant écho à notre Caraïbe.

PTLdTWYGyU" frameborder="0" allowfullscreen="#DEFAULT">

... Et comme l'an dernier (2016) lors de l'inauguration du nouvel espace d'expositions, profitant de la présence de nombreux décideurs, Bernard Hayot réitérait un vœu. Un rêve fondé sur une profonde conviction que l'Art, la Culture et le Patrimoine par la notoriété qu'ils procurent, servent notre développement économique :




Le François parmi les 40 lieux choisis pour célébrer les 40 ans du Centre Pompidou Image retirée.
Pour sa part, Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou, ne s'est pas contenté de décrire le caractère original de cette exposition.

Elle "représente, dira-t-il, une période que l'on ne connaît pas trop bien de l'évolution artistique de notre pays.
Cette époque qui se situe après la seconde guerre mondiale, l'époque des grandes terreurs, des grandes exterminations, de la bombe atomique.

Et avec des artistes qui, du coup, vont vouloir un peu tout refaire ou plutôt tout remettre en cause (...) et qui vont se tourner vers ce qui est primitifs, (...) et qui vont surtout réaliser dans leurs œuvres une sorte d'implication personnelle, comme s'ils se mettaient en danger, comme s'ils se mettaient toujours en cause lorsqu'ils créent".

Serge Lasvignes va placer cet événement sous le signe de deux histoires. Et d'abord, la genèse du 40ème anniversaire du Centre Pompidou.




Quant à la seconde histoire racontée le président du Centre Pompidou, c'est celle d'une rencontre entre une institution publique et une fondation privée :





Une exposition conçue pour la Fondation Clément Image retirée.

Le Geste et la Matière, une Abstraction "Autre" , ce sont cinquante-deux peintures, trente-neuf artistes parmi lesquels Pierre Soulages, Georges Mathieu... Des chefs-d'œuvre bien connus ou des œuvres rarement montrées réparties non pas chronologiquement mais par thématiques. Au total neuf sections :

L'informe, Signes, Paysagismes, Constructions, Terres, Grilles, Écritures, Véhémences et Effacements .

Des oeuvres emblématiques d'un courant qui pour la toute première fois dans l'Histoire de l'Art imposait un monde sans image, ni récit tout en cherchant à restituer dans toute sa complexité la matérialité du réel", selon l'expression du commissaire de l'exposition Christian Briend.



Ouverte le 22 janvier 2017, l'exposition "le Geste et la Matière" sera close le 16 avril 2017. Durant cette période, des conférences et/ou visites commentées seront organisées chaque dimanche (voir le tableau ci-dessous)


Image retirée.



Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci