L'amour au temps du militantisme : le clip hilarant de La Taquinerie

Par 26/11/2020 - 14:10
01/01/2020 - 00:00

Le clip "Amour gâché" d'une bande de copains qui se fait appeler la Taquinerie n'en finit pas de circuler sur les réseaux sociaux. Dans leur oeuvre la plus aboutie, ils mettent en scène une relation d'amour compliquée par l'éveil au militantisme d'une moitié du couple.

    L'amour au temps du militantisme : le clip hilarant de La Taquinerie

"Tu m'as quitté pour militer", c'est le refrain entêtant et harmonieux qui fait le buzz en ce moment sur les réseaux sociaux. Publié dimanche sur tous les réseaux sociaux de La Taquinerie (Instagram, Facebook), le clip "Amour gâché" enregistre ce jeudi plus de 100 000 vues toutes plateformes confondues.

Il faut dire que l'opus remplit les trois critères du succès. Un son de zouk harmonieux enregistré par Dj Skunk, un clip digne de n'importe quelle production professionnelle et surtout un texte hilarant. Mais le vrai secret d'Amour gâché, c'est qu'il s'appuie sur une lecture originale d'un fait de société : le militantisme anti-colonial du 21ème siècle en Martinique.

"C’était un pari assez risqué, car certaines paroles comme « tu es obsédée par le chlordécone » auraient pu être mal acceptées. Car c’est l’un des sujets les plus graves du siècle. Notre but n’était pas de créer encore plus de division. En tout cas nous sommes très heureux,notre production a été bien reçue", expliquent les taquins de la Taquinerie.

Le scénario a fait rire les militants les plus engagés des deux dernières années. Certains et surtout certaines avaient d'ailleurs évoqué sur leurs réseaux sociaux respectifs le mélange des relations amoureuses et la pratique d'un militantisme de tous les instants.

Voir ou revoir le clip "Amour gâché" - La Taquinerie :

 

BONUS - 5 choses à savoir sur La Taquinerie

La taquinerie
  • 1. Qui êtes vous ?

Nous sommes cinq amis qui aimons beaucoup rigoler, notre devise est « Vaut mieux en rire ».
Xavier MICHALON et Stephen MASSON, 27 ans, professeurs des écoles ; Kévin LUDOSKY et Kimany CYRILLE 28 ans travaillent dans le commerce, tout comme Jeffrey Théodore, 26 ans.

Depuis moins d’un an, nous avons un compte Instagram et Facebook intitulés « LA TAQUINERIE » sur lesquels nous publions régulièrement des montages photos, des mêmes ou des vidéos. Pourquoi ce nom ? Simplement parce que nous sommes très taquins. Sur les réseaux, nous essayons donc de faire rire en reprenant des faits d’actualités majoritairement locaux que l’on tourne en dérision.

  • 2. L'inspiration

On aime toutes sortes d’humour, du plus simpliste au plus intellectuel. On pense que c’est une très bonne chose que les deux modèles cohabitent. Notre registre c’est plutôt d’aborder des thèmes sérieux avec sarcasme comme le faisaient déjà Bambiyo, Gabourg, ou Bobi dans des contenus comme « Mada » et bien d’autres.

Mais ça nous arrive d’être très légers aussi. On fait selon nos envies. Le passage Gonier-Cleon/Germany est culte ! C’est quelque chose qui nous a marqués. Maître Germany, qu’on apprécie beaucoup pour son éloquence et ses réflexions , ose une question tellement puissante et inattendue, que la journaliste en perd ses mots. C’est symbolique, et c’est du pain béni pour nous. Quand on voit ça, on se sent obliger de « taquiner ».

  • 3. Créer à cinq

Travailler à cinq se fait naturellement. On se parle tous les jours donc les blagues fusent à longueur de journée par messages et on balaie quotidiennement l’actualité locale, nationale et internationale. Et lorsqu’on se voit le soir ou le week-end c’est encore plus simple pour nous de préparer une publication. Néanmoins, nous avons chacun de forts caractères et des personnalités différentes donc quand il faut prendre une décision avant de publier : la majorité l’emporte mais toujours dans la bonne ambiance.

  • 4. Le militantisme un sujet récurrent

Les actions des militants RVN et les débats qu’elles ont suscités ont mis en évidence la division idéologique du peuple martiniquais. Cette opposition , parfois violente, on l’avait déjà abordée dans plusieurs de nos projets (Madapoly, Introspection). Pour faire simple, on a voulu mettre en scène 2 camps : ceux qui se sentent très bien dans la société actuelle et ceux qui veulent tout chambouler. On a voulu scénariser cette rupture, et on a choisi de la déguiser en rupture amoureuse. Et quoi de mieux qu’un bon zouk pour raconter une rupture amoureuse ?"

  • 5. Juste pour rire ?

Pour le moment notre rémunération tient dans les rires, les partages, les messages qu’on reçoit. C’est gratifiant pour nous et nous tenons à remercier ceux qui nous soutiennent depuis les début mais aussi ceux qui nous découvrent et qui s’abonnent, ou nous laissent un like simplement. Même si on préfère quand ils s’abonnent. Après on a pas vraiment de stratégie de développement, si des opportunités se présentent, on verra. Mais c’est pas évident, nous avons nos vies, des professions prenantes, donc on verra.

Tags