La 6ème saison des Orange Fab France ouverte aux start-ups des Antilles et de Guyane

Par • Mis à jour le 14/02/2017 - 17:33

Les start-ups basées aux Antilles et en Guyane éligibles* à la saison 6 d'Orange Fab France. Elles peuvent dès ce 14 février 2017 répondre à un appel à candidature à l'instar de leurs homologues de l'Hexagone. Fabienne Dulac, la Directrice Exécutive d'Orange France est venue en personne le dire aux jeunes patrons de start-ups martiniquaises.

    La 6ème saison des Orange Fab France ouverte aux start-ups des Antilles et de Guyane

A la Saint-Valentin, Orange ouvre la voie de ses accélérateurs de start-ups aux jeunes pousses du numérique de Guadeloupe, Guyane et Martinique. Faut-il y voir un acte d'amour ? Toujours est-il qu’à partir de ce mardi 14 février 2017, voilà nos start-ups éligibles à ce concours. Elles ont un mois tout juste pour le faire. En clair, jusqu’au 14 mars 2017.

A l’instar de leurs homologues de l’hexagone ayant lancé un produit ou un service innovant, nos start-ups ultramarines vont pouvoir répondre à un appel à candidature dans le cadre de la 6ème saison d’Orange Fab France.

Mais qu’est-ce donc que ces accélérateurs de start-ups d’Orange ?

Si le grand public commence à se familiariser avec les incubateurs d’entreprises, il l’est moins vis-à-vis des accélérateurs de start-ups.

Selon les définitions généralement admises, il s’agit d’un programme dédié aux entrepreneurs, souvent court mais intensif, qui se fixe pour objectif d’accélérer la croissance des startups.
Un accélérateur va offrir de nombreux services utiles au lancement de la jeune pousse : mentorat, services juridiques, services comptables, conseil…

Chez Orange, tout commence, il y a quelques années, dans la Sillicon Valley. L'accélérateur de start-ups Orange Fab est une réussite. Aujourd'hui, un véritable réseau s'est développé à travers le monde, en Asie du Sud-Est, en Pologne, en Israël et bien-sûr en France.

Comment ça marche ?

Grâce au réseau Orange Fab, les start-ups sélectionnées peuvent ainsi se focaliser sur leur croissance, lancer leurs services à une échelle mondiale et créer des produits et services enrichissant le monde actuel des télécommunications.

Pour ce faire, l’opérateur se fonde non seulement sur son expertise dans l’industrie des télécommunications mais également sur celle des mentors venus des écosystèmes numériques locaux. Un choix dont l’ambition est de répondre aux enjeux de la révolution numérique et notamment des usages.

Venue en Martinique, le 1er février dernier, annoncer aux jeunes pousses du numérique leur éligibilité à ce dispositif, Fabienne Dulac, la Directrice Exécutive Orange France, nous a confirmé cette orientation.



Aux yeux de Fabienne Dulac, la Martinique présente, par son implication dans l'univers numérique, de fortes potentialités notamment dans l'offre de services que pourraient apporter les start-ups. C’est pour elle, une raison supplémentaire de leur permettre de concourir et d’être accompagnées à l’occasion du lancement de la saison 6 d’Orange Fab France.




Le site internet d'Orange Fab France présente aux entrepreneurs du numérique les démarches à suivre pour répondre à l’appel à candidature.

Le spectre des types de start-ups susceptibles de concourir est très large. Il porte entre autres sur les objets connectés, les services et technologies Cloud, le Big Data, le Très haut débit (4G, Fibre optique), le paiement par mobile et transfert d’argent, l’agrégation de contenus vidéo et les nouvelles expériences vidéo, le Cloud gaming et l’agrégation de contenus de jeux….


Président de "Bakoua Ventures", José Jacques-Gustave a participé, le 1er février 2017, à une rencontre à Fort-de-France avec Fabienne Dulac et son staff, en compagnie d’entrepreneurs de start-ups.

Bakoua Ventures, nous explique-t-il, est une société locale qui s'investit en tant que Business Angel et en tant que créateur d'entreprises spécialisées dans les opportunités numériques.

Autant dire que l’initiative l’intéresse. Il la salue du reste mais voit également la possibilité d’ouvrir d’autres opportunités.

Ces dernières pourraient être développées avec les start-ups locales, y compris celles que sont susceptibles de lancer les jeunes (ou moins jeunes) de notre diaspora disséminés à travers le monde et qui souhaiteraient développer leur business depuis le pays natal.



Et à cet égard, José Jacques-Gustave estime qu'il y a tout un gisement de business fondé sur le savoir-faire et les compétences. Il émane tant de l'écosystème local en train de se constituer que de notre diaspora.

Pour le président de "Bakoua Ventures", il faudrait dépasser le stade de l'accompagnement proposé par Orange Fab France. En l'occurrence, aller jusqu'à proposer à nos start-ups, d'accéder à des marchés sous-traités par l'opérateur.

Outre leurs compétences, leur position géographique par rapport à l'Europe et les États-Unis et les avantages du décalage horaire leur confèrent de réels atouts.




*Les start-ups des Antilles et de Guyane, si elles pouvaient théoriquement répondre aux appels à candidatures, se trouvaient le plus souvent dans l’impossibilité matérielle de le faire (éloignement etc..). L’accompagnement proposé aujourd’hui par Orange leur en ouvre plus largement l’accès.


Jean-Philippe Ludon,
@jpludonrci.