La Martinique boit l'eau la plus chère de France

Par • Mis à jour le 06/09/2016 - 13:14

L'eau est plus chère en Martinique que quasiement partout ailleurs sur le territoire national. Le prix moyen est de 5 euros 37 par m3. Une étude menée par l'Office de l'eau révèle les paramètres qui composent le prix de l'eau sur notre île. Ses résultats seront rendus publics ce mardi (6 septembre 2016) lors de l'assemblée générale du Comité de bassin. RCI vous révèle les raisons de ce surcoût.

    La Martinique boit l'eau la plus chère de France
Notre eau coûte plus cher en Martinique que dans tous les autres départements de France sauf un. Elle n'est certes pas la plus chère de France mais son coût reste honnéreux.Le prix moyen est de 5 euros 37 par m3.

Il existe au total 6 tarifs différents du service d’eau et d’assainissement sur les 34 communes de la Martinique. Ces tarifs varient entre 4 euros 77 par mètre cube et 5 euros 79. Reste que ces écarts sont très faibles entre les communes du département.

"Entre la commune qui paye le plus cher et la commune qui paye le moins cher, on a moins de 10% d'écart. Ce coût augmente de façon continue et plus fortement que l'inflation. C'est lié à l'augementation de certaines charges d'exploitation et aussi des provisions pour investir d'années en années", précise Loic Mangeau, le directeur adjoint de l’Office de l’eau.

Mais c'est une autre charge qui tire le prix de l'eau vers le haut. "La dépense principale d'un service d'eau c'est le personnel. La rémunération du personnel en Martinique est bonifiée avec la prime de 40%. Cela crée un différentiel à l'échelle de la Martinique qui est de l'ordre de 9 millions d'euros par an lié uniquement à cette bonification des salaires", explique Loïc Mangeau.

Un impact réel puisque le législateur demande à ce que le prix de vente de l'eau couvre le prix de production.

Un tarif social

La Martinique expérimente pendant 5 ans la tarification sociale de l’eau. Il existe en effet sur notre île une précarité hydrique, celle où les familles ont des revenus trop faibles pour assumer leurs factures d’eau. Une charge trop importante dans le nord où 50% des foyers seraient concernées.

Karl Lorand et Sandrine Huiller

N.B. : Pour des raisons techniques nous ne pouvons modifier le titre de l'article. Un autre article a été mis en ligne pour préciser les éléments avancés par l'Office de l'Eau.