La qualité de canne 2016 menacée par les pluies

Par 05/04/2016 - 16:27 • Mis à jour le 05/04/2016 - 16:27

La période des pluies installée ces dernières semaines menace la récolte de canne. Certains producteurs ne peuvent pas entrer dans les champs à cause de la boue. Les distilleries de la Martinique s’interrogent sur la qualité et le prix des rhums en 2016.

    La qualité de canne 2016 menacée par les pluies
La campagne de la récolte de canne a été contrainte de ralentir à cause des épisodes pluvieux à répétition ces dernières semaines. Les producteurs de la Martinique peinent à pénétrer dans leurs plantations à cause de l’humidité et de la boue. Certains ont mis leurs employés au chômage technique. Le nombre de tonnes de canne récoltées par journée est diminué de plus de moitié : 50 tonnes en moyenne contre 160 en temps normal.

« Les distilleries arrêtent de récolter quand il y a trop d’eau pour ne pas abîmer les champs et ne pas percuter sur les campagnes futures. Nous avons arrêté pour deux jours parce que ça va être trop risqué », explique Marc Sassier, président du Centre technique de la canne et du sucre (CTCS) et responsable de la production des « Rhums Saint-James ».

En plus du ralentissement de la campagne, l'eau menace la qualité de la canne de cette année. Le teneur en sucre diminue, les produits dérivés pourraient coûter plus cher cette année et avoir des saveurs moins appréciées.

«Sur le prix de la bouteille de rhum blanc, la manque de canne va faire qu’il y aura moins de rhum produit. Après, avec une maturité plus faible on a moins de rendement. Il est clair que le rhum sera plus rare. Là on ne peut pas aller plus loin. Si la pluie ne s’arrête pas ça devient problématique ».

Les producteurs espèrent le retour du soleil et d’une petite sécheresse ces prochains jours pour repartir à la récole.

Au début de cette campagne, ils espéraient avoir la canne de bonne qualité et en quantité supérieure à la récolte de l’année précédente.

Veranika Chyhir et Pascal Michaux