L'art du rhum vieux de Martinique à la conquête du monde

Par 26/01/2017 - 01:01 • Mis à jour le 26/01/2017 - 01:01

(*) Il s'agit des Clément, Depaz, Dillon, HSE, J.M, La Favorite, La Mauny, Neisson, Saint James, Trois Rivières

    L'art du rhum vieux de Martinique à la conquête du monde

Boostez par une AOC de vingt ans, les rhums de Martinique ont le vent en poupe. Les retours qu'ont nos vacanciers, pour avoir séjourner ou visiter de grands hôtels de la côte est des Etats-Unis, voire de la côte Ouest, peuvent en témoigner.

L'intérêt porté par des médias numériques caribéens ou nord américains sont aussi une autre forme de témoignage. Sans oublier le travail mené dans les grandes métropoles asiatiques pour faire connaître les atouts de notre Rhum Martinique, premier et unique rhum AOC au monde, (...) son lien au terroir, (...) sa spécificité, ou (...) son caractère patrimonial, pour reprendre les mots de Claudine Neisson-Vernant, lors du discours prononcé le 5 novembre 2016 à la maison de la Canne (Trois-Ilets), à l'occasion des vingt ans de l'AOC Rhum Martinique.

Et dans ce domaine, comme dans d'autres aujourd'hui, l'heure est à l'innovation. A cet égard, les différentes marques qui portent les rhums de Martinique (elles sont onze*) rivalisent d'imagination pour être la hauteur des enjeux économiques et se faire un place dans un univers très concurrentiel dominé par les géants mondiaux des spiritueux.

Image retirée. Des rhums de Martinique ©jpludonrci

Un univers où il faut "marteler sans relâche notre différence et notre authenticité face à ceux qui voudraient laisser croire qu’entre leurs produits et les nôtres, il n’y a qu’une différence de degré et non de nature" (Claudine Neisson-Vernant).

Alors que faire ?

Faut-il, comme le suggère le président du Codérum Charles Larcher, développer un spiritourisme pour faire des distilleries de l'île un passage obligé pour des touristes transformés une fois rentrés chez eux comme autant d'ambassadeurs ?

Faut-il faire du Rhum AOC Martinique un label pour l'île à l'instar de ce qu'est le whisky pour l'Écosse ?

Faut-il inscrire notre punch Martinique au patrimoine gastronomique de l'humanité ? Et faut-il donner à la cérémonie du ti-punch de Martinique la même aura internationale que la cérémonie du thé du Japon ? (voeux formulés par Claudine Neisson-Vernant).

C'est peut-être cette volonté disruptive qui a conduit Neisson à proposer le 1er rhum AOC bio au monde. Et n'est-ce pas la même volonté exprimée à travers un "vieux" en cristal de baccarat et bouchon d'or serti de diamants ?

BBS, qui entend jouer la carte du premium n'est pas en reste. Le groupe vient de proposer sous les noms Oman et le Nouveau Monde, deux produits phare associés à Trois Rivières pour le premier et à La Mauny, pour le second.

Image retirée.

©jpludonrci

OMAN & LE NOUVEAU MONDE, entre voyage en Orient et ancrage dans le terroir martiniquais....

Image retirée.

Pour Nathalie Guillier-Tual, présidente de BBS, qui repréente les marques La Mauny et Trois-Rivières, il s'agit aujourd'hui de jouer la carte du haut de gamme si le rhum de Martinique veut s'imposer à l'international. Une conviction exprimée comme suit :



Traduction de cette démarche premium, la Maison la Mauny a élaboré une cuvée prestige dénommée Le Nouveau Monde. Manière de raconter une histoire, déjà par son contenant en forme de Dame-Jeanne. Et puis aussi par des saveurs issues de l'assemblage de douze cuvées de quatre millésimes rares et de l'inspiration du maître de chais Daniel Baudin. Explications



Le gout et les futs