Le groupe Monplaisir poursuit sous le régime du redressement judiciaire

Par • Mis à jour le 20/12/2017 - 10:16

Placé en redressement judiciaire le 24 octobre 2017, le groupe Monplaisir et ses 13 filiales ont été auditionnés mardi (19 décembre 2017) par le tribunal de commerce. Une audience d'étape qui a permis de faire le point sur la santé financière du groupe.

    Le groupe Monplaisir poursuit sous le régime du redressement judiciaire

Premier élément à retenir dans ce dossier le montant du passif des dettes sociales et fiscales du groupe Monplaisir. Il est passé de  22 millions d'euros en avril 2013 à près de 48 millions d'euros cette année.

Ce sont donc 13 sociétés du groupe dont la filiale SEEN et des sites immobiliers qui sont en redressement judiciaire. Le tribunal avait déjà demandé qu'une période d'observation de deux mois soit mise en place pour vérifier avec l'administrateur la stabilité financière de l'exploitation.

Au cours de l'audience d'hier, les avocats du groupe Monplaisir ont tenté de démontrer qu'il n'y avait pas de nouvelles dettes depuis le début de la période d'observation et que toutes les charges sont payées.

Depuis maintenant un mois et demi, la direction est en train d'examiner un plan qui analysera la situation financière du groupe. L'idée est de voir si en effet le groupe peut continuer son activité sans danger.

Ce plan devra être présenté à la prochaine audience qui est fixée au 23 février prochain. En attendant le groupe a encore le possibilité de répondre aux appels d'offres. Il s'agira pour les donneurs d'ordre de vérifier la faisabilité de cette  probabilité proposé au groupe.

Une chose est sûre toutes les sociétés sont liées et sont donc indispensables pour répondre aux appels d'offres.

Quant aux salariés, environ 700, ils gardent confiance