Les Rhums AOC de Martinique à la conquête du monde

Par 30/01/2017 - 23:43 • Mis à jour le 30/01/2017 - 23:43

VIDEOS - A l'exception peut-être des collectionneurs, les arts et traditions des rhums de Martinique, en particulier "le vieux", sont encore peu connus. Vingt ans après avoir vu ses lettres de noblesse confirmées par une AOC, le rhum agricole de Martinique connaît une phase ascensionnelle à l'international. A la faveur de la sortie de deux produits "haut gamme", petite incursion dans un univers plein d'ancestrales pratiques et de rituels à découvrir.

    Les Rhums AOC de Martinique à la conquête du monde
Boostés par une Appellation d'Origine Contrôlée - AOC de vingt ans, les rhums de Martinique ont le vent en poupe. Une conviction affichée par Nathalie Guillier-Tual quand elle nous reçoit, accompagnée de son Maître de Chai, Daniel Baudin. C'était un après-midi de ce mois de janvier 2017 sur le domaine de la Mauny, à Rivière-Pilote, dans le sud de l'île. La Maison venait d'annoncer un nouveau produit. "Un très vieux rhum agricole, disait-elle, fruit d'une interprétation libre et personnelle du Maître de Chai..."

Nathalie Guillier-Tual dirige BBS, une société de près de cent ans, ayant appartenu aux établissements "Bellonnie, Bourdillon & Successeurs". Détenue depuis 2012 par le groupe Chevrillon, après que "La Martiniquaise" a été contrainte par l'Autorité de la Concurrence de s'en défaire, BBS affiche aujourd'hui trente millions de chiffre d'affaires.

La conviction de Mme Guillier-Tual sur la montée en puissance des rhums de Martinique à l'international trouve d'ailleurs un écho chez nos vacanciers de retour aux pays. Pour avoir séjourné ou visité de grands hôtels de la côte Est des Etats-Unis, voire de la côte Ouest, certains d'entre eux racontent avoir vu avec un brin de fierté des marques de nos rhums inscrites sur les cartes des bars de ces hôtels.

L'intérêt porté par des médias numériques caribéens ou nord-américains est aussi une autre forme de témoignage. Sans oublier le travail mené dans les grandes métropoles asiatiques pour faire connaître les atouts de notre Rhum Agricole de Martinique, premier et unique rhum AOC au monde, (...) son lien au terroir, (...) sa spécificité, ou (...) son caractère patrimonial, pour reprendre les mots de la présidente du syndicat AOC Rhum Martinique Claudine Neisson-Vernant, dans un discours prononcé, le 5 novembre 2016 à la Maison de la Canne (Trois-Ilets). C'était à l'occasion des vingt ans de l'AOC Rhum Martinique.

Et dans ce domaine, comme dans d'autres aujourd'hui, l'heure est à l'innovation. A cet égard, les différentes marques qui portent les rhums de Martinique (elles sont onze*) rivalisent d'imagination pour être la hauteur des enjeux économiques et se faire un place dans un univers très concurrentiel dominé par les géants mondiaux de spiritueux.

Image retirée.  
Des rhums de Martinique ©jpludonrci
Un univers où il faut "marteler sans relâche notre différence et notre authenticité face à ceux qui voudraient laisser croire qu’entre leurs produits et les nôtres, il n’y a qu’une différence de degré et non de nature" (Claudine Neisson-Vernant).

Alors que faire ?

Faut-il, comme le suggère le président du Codérum Charles Larcher, développer un spiritourisme pour faire des distilleries de l'île un passage obligé pour des touristes transformés, une fois rentrés chez eux, en autant d'ambassadeurs de nos rhums et de notre Martinique ?

Faut-il faire du Rhum AOC Martinique un marqueur pour l'île comme le whisky l’est pour l'Écosse ?

Faut-il faire inscrire notre punch Martinique au patrimoine gastronomique de l'humanité ? Et faut-il donner à la cérémonie du ti-punch de Martinique la même aura internationale que la cérémonie du thé du Japon ? (vœux formulés par la présidente du syndicat AOC Rhum Martinique à la Maison de la Canne).

C'est peut-être cette volonté disruptive qui a conduit Neisson à proposer le 1er rhum AOC bio au monde. Et n'est-ce pas la même volonté exprimée à travers un "vieux" en cristal de baccarat et bouchon d'or serti de diamants ?

BBS, qui entend jouer la carte du premium, n'est pas en reste. Le groupe vient de proposer sous les noms Oman et Le Nouveau Monde, deux produits phare associés à Trois Rivières pour le premier et à La Mauny, pour le second.

Image retirée.
©jpludonrci

OMAN & LE NOUVEAU MONDE, entre voyage en Orient et ancrage dans le terroir martiniquais...

Image retirée.
©jpludonrci
C'est la carte du haut de gamme qu'entend jouer Nathalie Guillier-Tual aujourd'hui. Un vrai atout si les rhums de Martinique veulent s’imposer à l’international au même titre que les grands spiritueux de renom.



C'est à l'aune de cette démarche premium que la Maison la Mauny a élaboré une cuvée prestige dénommée Le Nouveau Monde. Manière de raconter une histoire, déjà par son contenant en forme de Dame-Jeanne. Mais aussi par des saveurs issues de l'assemblage de douze cuvées de quatre millésimes rares et de l'inspiration du Maître de Chai Daniel Baudin.




De l'art de la chauffe des fûts à l'émergence des notes aromatiques révélées par le nez et la langue

Dans la recherche de l'excellence qui sied aux produits premium, le rôle du Maître de Chai et de tous ceux qui concourent à atteindre cet objectif est déterminant. Et sur ce chapitre, Daniel Baudin est intarissable sur l'importance de la chauffe des fûts qui verront vieillir le rhum ou sur l'incidence de la durée de cette chauffe pour obtenir telle ou telle note aromatique.



Mais au-delà, une fois le produit à point, il faudra aussi faire appel à son nez et à sa langue pour saisir toutes les nuances d'un alcool qui sollicite tous les coins et recoins de la bouche. Parole d'expert. Daniel Baudin.




Le Rhum comme invitation au rêve...

Au-delà du savoir-faire, il y a chez nos producteurs cette volonté de raconter une histoire et de faire rêver à partir d'un produit tiré de la canne à sucre et évocateur de sentiments mêlés. Une vision à laquelle adhère Nathalie Guillier-Tual.



Enfin, pour parfaire ce tableau sur les rhums de Martinique à la conquête du monde, détour par les traditions et rituels qui accompagnent sa dégustation. De même qu'on ne quitte pas son hôte sur un seul pied quand la convivialité est au rendez-vous**, il vaut mieux connaître l'art et la manière de déguster un bon vieux. Parole de Maître de Chai.



Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci.


(*) Il s'agit des rhums Clément, Depaz, Dillon, HSE, J.M, La Favorite, La Mauny, Neisson, Saint James, Trois Rivières

(**) En Martinique, il est de coutume de dire à un invité qui quitte prématurément son hôte, après avoir pris un verre, que l'on ne part pas sur un seul pied. Il est donc invité à en prendre un second. L'invitation à consommer avec modération reste néanmoins de mise.