L'exigence des chauffeurs de taxi a peu de chances d'aboutir

Par 31/07/2018 - 08:17 • Mis à jour le 31/07/2018 - 08:17

Mobilisés depuis dimanche, les chauffeurs de taxis de place espère obtenir l'autorisation de circuler sur les voies du TCSP. Une requête qui a peu de chances d'aboutir au regard de la loi

    L'exigence des chauffeurs de taxi a peu de chances d'aboutir

Les taxis indépendants ont beau évoquer leurs difficultés de circulation dans l'agglomération de Fort-de-France et la concurrence attendue des BHNS, leur revendication semble en contradiction totale avec le projet initiale du TCSP.

Pour la France, le concept est défini dans l'arrêté du 21 septembre 1993 comme "une emprise affectée exclusivement à l'exploitation des lignes de transport". Le transport collectif en site propre emprunte donc une voie qui lui est exclusivement réservée.

Il se distingue donc dans le principe d'une voie de bus qui peut être partagée avec les cyclistes et les taxis. Il est aussi différent des voies réservées aux véhicules à occupation multiple.

L'objectif du TCSP est justement d'éviter toute confrontation avec les autres trafics et de supprimer tous les obstacles possibles. Un choix qui permet d'améliorer la fréquence et la ponctualité des véhicules. Il s'agit également de réduire les temps de parcours et d'augmenter la productivité sans dégrader les conditions de travail des personnels.

De plus, sans cet usage exclusif, les réglages effectués lors de la marche à blanc notamment sur les feux de signalisations seront totalement inutiles.

Les deux lignes du TCSP devant devenir l'axe fort du transport collectif en Martinique, c'est aux autres moyens de s'adapter. Un message que Martinique Transport doit réussir à faire passer auprès des chauffeurs de taxis.