Rhums des Outre-mer : deuxième année d'augmentation de la taxe sécurité sociale

Par 05/01/2021 - 20:08 • Mis à jour le 05/01/2021 - 19:07

Depuis le 1er janvier 2020, la taxe sécurité sociale augmente chaque année de 40 centimes par bouteille de rhum produit sur l'île et vendu sur le marché local. L'augmentation se poursuit donc pour la deuxième année consécutive, mais elle est décriée par le CODERUM (comité martiniquais d'organisation et de défense du marché du rhum).

    Rhums des Outre-mer : deuxième année d'augmentation de la taxe sécurité sociale

Une augmentation répercutée sur le prix de vente des bouteilles de rhum sur l'île

La réévaluation de la taxe sécurité sociale est appliquée en Martinique depuis le 1er janvier 2020. Elle concerne les rhums des DROM (départements et régions d'Outre-mer) vendus sur le marché local. Chaque année, le prix de la bouteille augmente donc de 40 centimes et cette hausse devrait se poursuivre jusqu'en 2025.

Jusqu'à l'an dernier, nos rhums bénéficiaient d'un taux réduit sur le montant de cette taxe, l'une des trois impositions appliquées sur les spiritueux. Un hectolitre de spiritueux était taxé 40 euros en Outre-mer, contre 578 euros dans l'hexagone. L'objectif de cette souplesse était de préserver la production locale.

Mais depuis 2020, la réévaluation échelonnée de la taxe sécurité sociale entraîne un alignement progressif de la fiscalité du rhum d’Outre-mer sur celle de l'hexagone. Cette augmentation répercutée sur le tarif de vente viserait notamment à lutter contre l'alcoolisme. 

Les distilleries dénoncent une pénalisation pour la production locale

Or pour les responsables de distilleries, cet argument ne tient pas la route. Ils assurent que les Martiniquais consomment 30% d'alcool pur de moins que la population dans l'hexagone.

Les professionnels enregistent une baisse de 10% des ventes de rhum sur le territoire en 2020, et ce recul est attribué en grande partie à l'augmentation de la taxe. Cette hausse encouragerait à terme la population martiniquaise à consommer d'autres alcools et à se détourner de la production locale, selon le président du comité.

"Cette augmentation de taxe pénalise le rhum local puisqu'elle n'est valable que pour le rhum et pas pour les autres alcool. Et nous constatons un baisse des ventes de rhums alors que l'ensemble des ventes d'alcool a augmenté pendant le confinement. Pour nous, cette pénalisation est inacceptable", affirme Charles Larcher, président de la CODERUM (comité martiniquais d'organisation et de défense du marché du rhum). 

Tags