Suspicion de malversation autour de la gestion des fonds européens destinés à l'élevage

Par • Mis à jour le 23/11/2017 - 10:38

L'Association Martiniquaise de l’Inter-profession Viande (AMIV) a été épinglée par l'autorité de la concurrence. Les autorités demandent à l'association de revoir son organisation d'ici vendredi (24 novembre 2017). En jeu : 10 millions d'euros de fonds européens.

    Suspicion de malversation autour de la gestion des fonds européens destinés à l'élevage

L'accès aux fonds européens de la production agricole, le fameux POSEI, serait-il réservé à certains producteurs de viandes en Martinique ? Après plusieurs refus d'adhésion à l'AMIV, des producteurs de volaille se sont plaints au niveau de l'autorité de la concurrence. Cette dernière s'est penchée sur le sujet. 

Les conclusions de l'instruction ont été rendues, il y a une dizaine de jours. Et elles sont sans appel. Il existe bien des dysfonctionnements au sein de l'AMIV, de nature à créer "des difficultés sérieuses à la concurrence" dit le rapport. L'association encourt de lourdes sanctions pécuniaires. Des peines de prison sont même possibles si certains membres de l'association étaient reconnus coupables de mauvaise conduite. Quoiqu'il en soit, l'autorité de la concurrence a donné à l'AMIV jusqu'à vendredi (24 novembre 2017) pour clarifier la gestion de son organisation et ses principes d'adhésion.

Vendredi justement, c'est la veille de la visite du ministre de l'agriculture en Martinique qui pourrait bien, une fois n'est pas coutume, interpeller certains éleveurs sur le sujet.