Elections territoriales : pas d'alliances au second tour

Par 21/06/2021 - 19:09 • Mis à jour le 21/06/2021 - 18:56

Si quatre candidats se sont qualifiés hier pour le second tour, de nombreuses incertitudes demeurent quant aux manœuvres qui mèneront l'un d'eux à la victoire. Seule certitude : les alliances n'ont pas le vent en poupe et chacun présentera bien sa propre liste au second tour.

    Elections territoriales : pas d'alliances au second tour

Serge Letchimy : "Nous gardons la main tendue et la volonté de dialoguer"

Quatre candidats sont donc directement qualifiés pour dimanche prochain : Serge Letchimy, Alfred Marie-Jeanne, Jean-Philippe Nilor et Catherine Conconne. S'ils doivent déposer leur liste avant demain 18 heures, beaucoup d’incertitudes demeurent quant aux éventuelles manœuvres d’entre deux tours.

Les adversaires de Serge Letchimy ont longtemps annoncé sa mort politique, expliquant souvent que la Martinique n'en voulait plus. Ce qui avait pour les observateurs peut être fait Serge Letchimy douter avant de se lancer dans cette campagne électorale. Pour son entourage, il fallait surtout prendre du temps, corriger des erreurs du passé pour mieux se positionner et assurer un résultat. Mission accomplie dans un contexte difficile, puisque les électeurs ont fortement boudé les urnes. Serge Letchimy espérait en effet mieux faire, surtout à Fort-de-France, qui reste la chasse gardée du Parti Progressiste Martiniquais. Bien qu'il affirme ce soir que sa liste restera inchangée au second tour, le candidat indique : 

Nous gardons la main tendue et la volonté de dialoguer

"Aucune réconciliation"

Alfred Marie-Jeanne, de son côté, reste fort dans le Sud, et en particulier à Rivière Pilote, la commune qui l'a toujours porté et qui lui a encore manifesté hier de la fidélité.

Jean-Philippe Nilor se hisse à la troisième place, loin derrière Alfred Marie-Jeanne. Le président du conseil exécutif s'était fixé comme objectif de tuer politiquement celui qui aurait pu devenir après lui l'homme fort du MIM. Alfred Marie-Jeanne a peut être gagné ce pari, mais même en s'appuyant sur son bilan présenté comme positif, il n'a pas pu briller en tête et n'est peut être pas en mesure non plus de faire une alliance même inimaginable, comme en 2015, pour conserver la majorité et le pouvoir. En tout cas, ce ne sera pas avec Jean-Philippe Nilor, avec lequel, selon Alfred Marie-Jeanne "aucune réconciliation n'est possible".

Catherine Conconne : "On ne fait pas d'alliance avec qui que ce soit"

Catherine Conconne, quant à elle, a d'ores et déjà déclaré qu'elle ne ferait aucune alliance avec qui que ce soit. La candidate, qui a obtenu un peu plus de 10% des suffrages au premier tour, cherchera certainement à attirer les votes des nombreux abstentionnistes, comme la plupart des candidats.

En tout cas, ces mêmes quatre listes se présenteront bien au second tour, et l'entre deux tours s'annonce encore mouvementé.

Tags