L’association anti-sargasses de Frégate au François monte de nouveau au créneau

Par 27/12/2021 - 11:56 • Mis à jour le 27/12/2021 - 11:25

Engagés dans la lutte contre les algues brunes depuis 2011, les habitants du quartier de Frégate au François ont publié une lettre ouverte à l’attention du préfet de Martinique, du sous-préfet du Marin et du maire du François. Au centre des préoccupations : la réparation d'un barrage que ces habitants ont créé et la maintenance du filet.

    L’association anti-sargasses de Frégate au François monte de nouveau au créneau

Depuis plusieurs années, les riverains du quartier de Frégate au François ont décidé de prendre à bras le corps la problématique de l'échouage de sargasse. Les habitants ont ainsi financé à leurs frais des filets anti-sargasses. Une action qui vient en complément du nettoyage qu’ils effectuent.

Depuis le mois d’octobre, la mairie a également entrepris le nettoyage du rivage, mais deux problèmes se posent encore : la réparation du barrage en pierre que les habitants ont installé et le remplacement des flotteurs du filet.

Des opérations qui doivent être financées par la ville et l’Etat. Or le temps file, et les financements n'arrivent pas. C'est ce que déplore Gérard Thomas, président de l’association anti-sargasse de Frégate, qui espère que les choses vont enfin bouger :

Actuellement, je ne vous cache pas qu'il y a un sentiment de colère qui commence à être généré en voyant comment les choses se passent. La mairie nous aide, mais c'est trop tardif. Il faut absolument qu'on dispose des fonds. Monsieur le maire nous avait dit que ce serait donné en 2021, aujourd'hui on arrive en fin d'année, nous n'avons pas touché un sous. Quand Monsieur le préfet nous dit qu'il nous attribue une subvention pour quelque chose d'imposé, je trouve absolument surréaliste qu'on nous dise quelques temps après "non vous ne l'aurez pas", pour des problèmes de manque de coordination entre sous-préfecture et mairie

D'autant que le sujet de l'impact sur la santé des riverains de cette exposition prolongée aux algues sargasses en putréfaction n'est que peu prise en considération, d'après le président de l’association anti-sargasse de Frégate :

Jusqu'à maintenant, l’État et les collectivités n'ont pas pris à bras le corps le problème de santé publique à la hauteur à laquelle se pose ce problème. Notre santé par rapport aux sargasses n'est pas prise en compte, c'est une évidence, et ça dure depuis des années

La commune, de son côté, a d’ores et déjà annoncé qu’elle tiendrait ses engagements, selon le maire du François, Samuel Tavernier :

Aujourd'hui, les mandats ont été faits, nous avons tenu nos engagements. Les sommes ne sont pas arrivées sur le compte du collectif, mais les mandats ont été signés et émis. Un peu de patience, la prise en compte de la problématique est là

Tags