Odyssi poursuivie en justice pour pollution de cours d'eau au Lamentin

Par 10/11/2021 - 20:33 • Mis à jour le 10/11/2021 - 20:26

La société de gestion de l'eau et d'assainissement Odyssi est attaquée en justice par l'office français de la biodiversité, la direction de l'environnement et plusieurs associations écologistes au sujet de la station d'épuration située à Acajou au Lamentin.

    Odyssi poursuivie en justice pour pollution de cours d'eau au Lamentin

La régie d'eau et d'assainissement de la CACEM est poursuivie pour pollution de cours d'eau et l'exploitation en violation d'une mise en demeure de la station d'épuration située à Acajou au Lamentin.  Pendant 20 ans, cette structure sous dimensionnée d'une capacité de traitement pour 5000 habitants a du gérer les besoins de près de 20 000 personnes. Et cette station a en effet rejeté des matières organiques dans la mangrove, provoquant une pollution sur de nombreuses années.

Aujourd'hui, l'Etat et plusieurs associations écologistes faisaient face à Odyssi devant le tribunal judiciaire de Fort-de-France.

L'office français de la biodiversité, la direction de l'environnement, la fédération française de pêche de Martinique, l'association Sea Sheperd et l'Assaupamar se sont constitués partie civile dans ce dossier, réclamant ainsi 150 000 euros d'amende dont 50 000 euros avec sursis. L'avocat général a aussi réclamé une contravention de 1500 euros avec diffusion de la décision dans la presse. 

Selon eux, les ravages des substances organiques retrouvées dans le milieu aquatique sont majeurs. Ils accusent également les responsables de cette entreprise d'avoir poursuivi son activité de traitement pendant des années alors que la préfecture de Fort-de-France les avait mises en demeure de supprimer cette station d'Acajou. C'est ce que souligne Pierre de Saint-Aurin, l'un des responsables juridiques de l'association Assaupamar et de France Nature :

La part qu'Odyssi a faite est insuffisante, puisque les pollutions ont continué à augmenter et que ce n'est qu'en 2020 que la station de relèvement a été mise en service pour pouvoir renvoyer les eaux vers la station d'épuration de Guigneron. Donc les impacts, c'est déjà les odeurs que tout le monde a pu relever et dont nous avons tous souffert pendant des années. Mais aussi les effluents reçus par la station d'épuration n'étaient pas traités, ni aérés et étaient remis dans la nature directement sans avoir été traités, donc elles vont prendre l'oxygène de la mangrove et des organismes

Parallèlement, pour Mathieu Hénon, l'un des avocats d'Odyssi, la société de gestion n'était pas en infraction :

On plaide la relaxe d'Odyssi parce qu'on considère qu'il n'y a pas d'infraction, les infractions ne sont pas constituées. Deux raisons pour synthétiser : les enquêteurs de la direction de l'environnement eux-même qui ont réalisé l'investigation nous disent qu'il est absolument impossible de déterminer si les faits reprochés à Odyssi aient pu avoir un quelconque effet sur l'environnement. Et nous apportons la preuve qu'Odyssi n'a jamais ménagé ses efforts pour remédier à cette situation

Le délibéré de cette affaire sera rendu le 15 décembre prochain par le tribunal.

Tags