Académie de Martinique : où est passé l'argent destiné aux équipes mobiles de sécurité ?

Par • Mis à jour le 27/01/2020 - 07:01

Patrick Oliny, responsable des Equipes Mobiles de Sécurité de l'académie de Martinique, a saisi le procureur de la République. Il s'interroge sur la disparition de 440 000 euros destinés à son service.

    Académie de Martinique : où est passé l'argent destiné aux équipes mobiles de sécurité ?

Où sont passées les sommes allouées au Rectorat de Martinique par la délégation ministérielle à la lutte contre les violences scolaire ? C'est la question que se pose Patrick Oliny, responsable des équipes mobiles de sécurité de l'académie. C'est son service qui devait bénéficier de ces fonds dans le cadre d'achats de véhicules, de matériel et de revalorisation des salaires des agents.

Le budget de 524 000 euros réceptionné pour les années 2017 et 2018 par la direction générale du rectorat a en partie disparu. Patrick Oliny l'a constaté après des échanges officiels avec la délégation ministérielle basée à Paris, sur la comptabilité du service.

220 000 par an, soit 440 000 euros n'ont pas été répercutés sur les salaires des agents ou l'achat de matériel. Malgré ses alertes, le responsable du service EMS n'a obtenu aucune réponse de l'autorité académique. Pourtant, ce dernier assure qu'il avait pointé la nécessité de l'usage de ces fonds pour pallier la condition salariale précaire des agents du service. Des demandes d'augmentation de salaire qui avaient à l'époque été rejetées par le recteur. Celui-ci avait argué que le budget était insuffisant.

Inégalité de traitement

Outre les faits graves mis en avant par Patrick Oliny, il apparaît qu'une disparité de salaires entre les agents de l'EMS Martinique et ceux exerçants dans l'Hexagone n'a pas été comblée.

En France hexagonale, un agent perçoit affecté à une EMS perçoit comme salaire 2100 euros sans les 40%. En Martinique son revenu est de 1799 avec les 40%.

Cette disparité concerne également, le personnel d'encadrement. En Martinique, les cadres perçoivent 2000 euros par mois, 40% inclus. Tandis que dans l'hexagone ils sont payés 2500 euros sans les 40%.

De plus, les contrats de chaque agent sont rédigés sous l'intitulé « professeur contractuel » or l'équipe mobile de sécurité n'est pas composée de professeurs.

Sont-ils alors payés sous le budget des professeurs ? La question reste en suspend.

Le secrétaire général de l’académie Martinique, Yannick Jolly avait assuré que ces problèmes salariaux seraient réglés au 1er janvier. Pourtant, le responsable de l'EMS indique qu'à ce jour rien n'a été fait et que les 440 000 euros n'ont toujours pas réapparu.

Harcèlement moral et enquête

Selon Patrick Oliny, sa relation avec sa hiérarchie s'est fortement dégradée à la suite de ses demandes et ses alertes.

Il raconte avoir été victime de harcèlement moral. On l'aurait même menacé de rompre son contrat. Des faits pour lequel, il a déposé plainte.

Dégagé de son devoir de réserve depuis le 1er décembre 2019, l'ancien responsable du service des équipes mobiles de sécurité a décidé de passer à l'offensive.

Dans une lettre adressée au procureur de la république, l'ancien policier soulève les nombreuses zones d'ombre de cette affaire.

Visiblement son courrier a retenu l'attention de la justice. Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie nationale. Des auditions sont prévues dès ce lundi (27 janvier 2020).

Contacté par notre rédaction, le rectorat n'a pour l'instant pas donné suite à nos demandes de réactions.

Patrick Oliny, ancien officier de police judiciaire et ancien responsable de l'équipe mobile de sécurité, s'est confié à Isabelle Hamot :

 

En images



Tags

Ajouter un commentaire

Restricted HTML

  • Allowed HTML tags: <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Lines and paragraphs break automatically.
  • Web page addresses and email addresses turn into links automatically.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.