Commandant poignardé : une information judiciaire ouverte pour tentative d’homicide

Par 29/04/2021 - 19:34 • Mis à jour le 29/04/2021 - 19:22

Le militaire des forces armées aux Antilles qui a poignardé hier matin (mercredi 28 avril) un gradé du 33ème régiment d'infanterie de la marine sera présenté ce vendredi au parquet de Cayenne. Le parquet de Cayenne a ouvert une information judiciaire pour tentative d’homicide et le militaire encourt jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle.

    Commandant poignardé : une information judiciaire ouverte pour tentative d’homicide

Au moins sept coups de couteau portés contre son supérieur

L'enceinte du Fort Desaix a été le théâtre d'une violente altercation entre deux militaires hier matin sur les hauteurs de Fort-de-France. Un commandant a reçu plusieurs coups portés à l'arme blanche par un caporal-chef. Une enquête désormais suivie par le parquet de Cayenne, compétent pour les affaires militaires aux Antilles Guyane. Une agression très rare au sein de l’armée en général. 

Au Fort Desaix, tout le monde essaie de comprendre comment ce coup de folie a pu se produire mercredi. Que s'est-il passé dans ce bureau entre ce militaire du rang et son supérieur hiérarchique du 33ème régiment d'infanterie de marine pour qu'il en vienne à le poignarder si gravement ? 

Autant d'interrogations que tentent d'élucider depuis hier les gendarmes qui ont interpellé ce militaire de 35 ans. Mercredi, aux environs de 9 heures, il a porté au moins sept coups d'arme blanche au commandant du 33ème régiment d'infanterie de marine. Le gradé de 56 ans a immédiatement été transporté aux urgences de l'hôpital Pierre Zobda Quitman dans un état préoccupant. Il avait été atteint au visage, au niveau du buste et du dos. Preuve de la détermination de son agresseur présumé. Opéré, ses jours ne sont plus en danger. Il pourrait d'ailleurs sortir prochainement de l'établissement de santé. 

Une information judiciaire pour tentative d'homicide

Dès mercredi, le parquet de Cayenne a ouvert une information judiciaire pour tentative d’homicide. La juridiction poursuivra donc l’instruction et devra déterminer si les faits seront requalifiés ou non, c'est-à-dire si le suspect avait prémédité son geste et avait apporté une arme dans l'intention de commettre son méfait. Donc s'il y avait une réelle volonté de tuer, ou s'il s'agissait d'un coup de folie au moment des échanges avec son supérieur. Une expertise psychologique et une enquête de personnalité seront également effectuées pour définir si son discernement était aboli ou non au moment des faits. Autant d’observations qui seront prises en compte par le tribunal militaire.

Le suspect sera donc transféré et présenté demain en Guyane pour une mise en examen. Il y sera probablement placé en détention provisoire.

En l’état actuel, pour la tentative de meurtre, ce militaire encourt une peine de 15 ans de réclusion criminelle et sera jugé par une cour d’assises. La victime, quant à elle, sera aussi interrogée pour comprendre comment les événements ont dérapé, alors que les deux hommes se trouvaient dans un bureau dans l’enceinte du Fort Desaix.

Car pour l'heure, aucune information ne filtre sur les raisons qui l'ont poussé à commettre cet acte au sein des forces armées aux Antilles.

Tags