"Il ne dit rien de la souffrance qu'il a dû endurer"

Par • Mis à jour le 29/10/2015 - 13:14

Cela fait deux ans déjà que Thierry Dol - jeune ingénieur martiniquais - est passé du statut d'otage à ex-otage. Depuis 2 ans la reconstruction est difficile pour lui tout d'abord,mais également pour ses parents. Aujourd'hui c'est la question de l'indemnisation de l'ex-otage qui est au centre de l'attention.

    "Il ne dit rien de la souffrance qu'il a dû endurer"
On se souvient tous de l'émotion qu'avait suscité il y a deux ans la libération de Thierry Dol, détenu durant 3 ans par AQMI, Al Qaïda au Maghred Islamique.

Depuis quelques temps le martiniquais qui essaye au mieux de se reconstruire et qui tente d'oublier ces 1300 jours de captivité, a entamé avec l'aide de son avocat Maître Alex Ursulet, des démarches d'indemnisation. Un proposition d'indemnisation - basée sur les captivités antérieuses - a déjà été faite par l'Etat français mais cette dernière ne satisfait pas l'ex-otage."Personne n'avait été en captivité aussi longtemps, or on veut les indemniser sur la base des cativités antérieures ! Ils disent non parce que ces souffrances là ne sont pas quantifiables. Ils demandent une plus juste indemnisation", a précisé Maurice Antiste qui a rappellé combien cette épreuve a été difficile pour le martiniquais, mais également pour ses 6 compagnons d'infortune. "Il ne dit rien sur les souffrances qu'il a dû endurer...", a conclu Maurice Antiste.

Audrey Ollon et Peggy Saint-Ville