L'évasion des deux pilotes d'Air cocaïne : "Ils avaient bien l'air de barbouzes !"

Par 28/10/2015 - 15:27 • Mis à jour le 28/10/2015 - 15:27

Deux pilotes (d’avion) français, condamnés à 20 ans de prison pour trafic de drogue, se sont échappés de la République Dominicaine où ils étaient assignés à résidence. Comment ont-ils bien pu rejoindre la France sans se faire arrêter ? On sait que Pascal Fauret et Bruno Odos ont quitté l'île d'Hispaniola par bateau avant de rejoindre Saint-Martin. De là, les deux pilotes se sont rendus à l'aéroport de Grand Case (partie française de l'île) d'où ils ont pris un vol commercial pour rejoindre la Martinique. Néanmoins, les détails de leur fuite restent encore un mystère.

    L'évasion des deux pilotes d'Air cocaïne : "Ils avaient bien l'air de barbouzes !"
(Mise à jour 28/10/15 à 12:30)

"Je les ai vus à notre arrivée à Orly-Sud samedi matin. Je m'en souviens bien et j'ai même dit à voix basse à mon mari, on dirait de vraies barbouzes !"

Ces propos sont ceux d'une Martiniquaise qui a pris vendredi soir (23 octobre 2015) le vol Corsair à destination de Paris. Elle raconte avoir vu Pascal Fauret, 55 ans et Bruno Odos, 56 ans, en salle de livraison bagages.

L'un d'eux, poursuit-elle, a même utilisé un téléphone satellitaire pour passer un bref appel. Après tout est allé très vite. Les deux hommes, manifestement très discrets et très organisés, ont récupéré leur bagages qui portaient la mention "prioritaire" avant de disparaître dans la nature.

Un récit qui n'est pas anodin quand on sait que les deux pilotes, qui font aujourd'hui l'objet d'un mandat d'arrêt international, sont restés muets sur les détails de leur fuite, lors d'une conférence de presse donnée mardi 27 octobre avec leurs avocats Eric Dupond-Moretti et Jean Reinhart.

Rappelons que les deux hommes condamnés à 20 ans de prison pour trafic de drogue et assignés à résidence en République Dominicaine se sont évadés par bateau vers Saint-Martin. Après avoir rejoint l'aéroport de Grand Case, ils ont pris vendredi 23 octobre vers 9:00, sous leur véritable identité, un vol d'Air Caraïbes à destination de Fort-de-France (Martinique) où ils ont atterri à 11 heures 30.

Qu'ont-ils fait durant leur escale en Martinique ? Où ont-ils déjeuné ? Qu'ont-ils fait durant l'après-midi ? Ont-ils bénéficié d'un appui logistique durant cette escale ? Le mystère reste entier. Toujours est-il qu'à 19H45, le soir même, Pascal Fauret et Bruno Odos s'envolaient à bord d'un airbus de Corsair pour Orly-Sud où ils sont arrivés avec quinze minutes d'avance. Il était alors 9:45 à Paris.

Selon RCI Martinique, les deux pilotes auraient bénéficié de l'aide d'un troisième homme, leur billets d'avion auraient été achetés dans une agence de voyage à Rungis, en région parisienne.
L'information est d'ailleurs reprise par Europe1. Il s'agirait de Christophe Naudin.

Du reste, Me Eric Dupond-Moretti, lors de la conférence de presse de mardi, a admis que cette "évasion" n'a pas été faite seule. Affirmant par ailleurs que cette opération n'avait pas été montée par une équipe barbouzarde payée par l'Etat français.
De son côté, Pascal Fauret indiquait mardi que des "amis", "des gens qui savent s'organiser" avaient facilité leur fuite.

Une affaire qui pourrait révéler bien d'autres surprises. Rappelons qu'elle remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013, quand la police dominicaine intercepte sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana un Falcon 50 avec à son bord 26 valises contenant 680 kg de cocaïne. Quatre français et quatre Dominicains ont été alors arrêtés. Lors de leur procès, le 14 août 2015, les pilotes ont été condamnés avec deux autres français à 20 ans de prison et les autres de cinq à dix ans.
Xavier Chevalier, Jean-Marc Pulvar
Jean-Philippe Ludon
@jpludonrci