[Vidéo] Des tensions aux entrées du centre-ville ce Mardi Gras

Par 17/02/2021 - 11:16
01/01/2020 - 00:00

Des échauffourées ont éclaté sur les deux ponts qui traversent le canal Levassor à Fort-de-France hier (mardi 16 février) en fin de journée. Les gardes mobiles ont fait usage de gaz lacrymogènes et ont reçu des jets de pierres et de bouteilles.

    [Vidéo] Des tensions aux entrées du centre-ville ce Mardi Gras

Dès 16 heures, mardi après-midi, la situation était tendue au niveau du pont de l'Abattoir et du pont Francisco. Des carnavaliers partis de Bellevue ont fait face à un important dispositif de gardes mobiles.

Alors que la ville devait en principe être accessible aux piétons, les forces de l'ordre ont empêché l'accès aux coureurs de vidé. Dans un premier temps, les gendarmes ont reculé après avoir reçu quelques jets de pierres et de bouteilles.

Au même moment, de l'autre côté de la ville, sur l'avenue Maurice Bishop, un vidé parti de Dillon faisait face lui-aussi à un imposant barrage. Les carnavaliers ont finalement pris la direction du port de Fort-de-France.

Ce n'est que plus tard dans la soirée, alors que les vidés s'étaient dissipés, que des tensions plus importantes ont éclaté. Aux jets de projectiles, les gendarmes ont répondu par des gaz lacrymogènes parfois avec précipitation, comme le montrent des images tournées sur le pont de l'Abattoir où des grenades ont été envoyées pour disperser une foule qui, à cet instant précis, se tenait derrière les barrières de sécurité.

Des barrières de sécurité qui ont également été lancées dans le canal Levassor. Une poubelle a été incendiée sur l'un des ponts.

Peu de temps après, la situation est revenue au calme tandis que les carnavaliers ont pris la direction du Lamentin où un important vidé a fait le tour de la ville.

Le préfet condamne violences et rassemblements

Dans un message transmis aux rédactions, Stanislas Cazelles, le préfet de Martinique, a condamné les violences ainsi que les rassemblements non autorisés. "L’usage de gaz lacrymogène par les forces de sécurité a été nécessaire", a indiqué le représentant de l'Etat.

"C'est la responsabilité de chacun qui est en cause pour ne pas faire circuler l'épidémie", a par ailleurs rappelé le préfet.

Le dispositif mis en place par la préfecture a surpris les carnavaliers qui avaient pu descendre à Fort-de-France dimanche et lundi gras. De plus, un arrêté municipal ne prévoyait que l'interdiction de circulation des véhicules à moteurs dans la ville basse.

Néanmoins, la loi d'état d'urgence sanitaire, qui s'applique toujours en Martinique, interdit les rassemblements sur la voie publique.

Au regard de la situation, le maire de Fort-de-France a sollicité une réunion d'urgence avec le préfet pour éviter que ne se reproduisent les débordements qui ont éclaté en marge des vidés spontanés.

Voir le film des incidents survenus hier en marge du Mardi Gras (16 février 2021) :

Tags