Affaire des ressortissants cubains : "C'est du favoritisme"

Par 05/04/2016 - 14:09 • Mis à jour le 05/04/2016 - 14:09

Une semaine après la découverte des ressortissants cubains en situation irrégulière sur notre territoire, les associations de ressortissants étrangers s’interrogent et dénoncent un traitement différent. En effet, non seulement ces 17 Cubains ont été très bien accueillis par la population mais leur démarche de demande d’asile a été très vite enclenchée.

    Affaire des ressortissants cubains : "C'est du favoritisme"
Les démarches entamés par les 17 cubains progressent, 6 derniers Cubains sont allés déposer leur dossier de demande d’asile à la préfecture hier lundi 4 avril 2016 et aujourd’hui mardi 5 avril 2016 les 17 ressortissants cubains ont rendez-vous à l’Office Français d’Intégration et d’Immigration pour les différentes demandes d’aide.

Cette rapidité de traitement de dossiers étonne certaines associations haïtiennes notamment. Selon elles, la retenue administrative à la Police Aux Frontières ne se solde jamais par une permission de sortie temporaire, mais plutôt par un renvoi direct en Haïti. Si les associations étrangères saluent tout de même cet élan de solidarité envers les Cubains, elles souhaiteraient aussi avoir le même traitement.

"En tant que saint luciens nous n'avons jamais cet accueil là !"

Zela Maurice est la présidente de l’association des Saint-Luciens résidants en Martinique, souhaiterait un même accueil pour tous les ressortissants caribéens. "Pourquoi pas un accueil comme ça pour toute la caraibe ? En tant que saint luciens nous n'avons jamais cet accueil là!", déplore t-elle.

Pour Joseph Elio le secrétaire général de l’association des Haïtiens en Martinique, c’est clair le traitement n'est pas le même pour les Haïtiens et les Cubains."Nous n'avons aucun problème avec ces cubains là mais avec la façon dont l'Etat a traité l'affaire ! Vu la situation nous faisons tout de suite une comparaison entre les haitiens qui arrivent et qu'on chasse... et là les cubains arrivent, on les accueille comme des touristes malgré leur situation clandestine...C'est du favoritisme !"

La semaine prochaine, ils seront reçus par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides.

Audrey Ollon et Clara Vincent