CHUM : tensions entre agents de sécurité et personnel hospitalier!

Par • Mis à jour le 07/10/2015 - 13:17

Les tensions sont quasi quotidiennes à l'hôpital Pierre Zobda Quitman entre les agents de sécurité et le personnel hospitalier, certains en seraient même venus aux mains. En effet depuis début septembre les contrôles de sécurité ont été renforcés à l'entrée et le port du badge est devenu obligatoire, une règle qui ne plaît pas à tous les membres du corps hospitalier.

    CHUM : tensions entre agents de sécurité et personnel hospitalier!
Il y a quelques temps Frantz Dinarque - agent de sécurité à l'hôpital Pierre Zobda Quitman - a été renversé par un agent hospitalier qui n'a pas accepté qu'on lui refuse l'accès au parking. Frantz Dinarque a été arrêté durant une dizaine de jours et aujourd’hui, il songe même à démissionner..."Je m'interroge, je me dis pour 1000 euros à la fin du mois je ne suis pas sûr que ça en vaille la peine... Se faire insulter, se faire rabrouer, se faire cracher dessus, se faire menacer, se faire écraser par des voitures pour 1000 euros ? La sécurité c'est un très beau boulot quand on sait ce que c'est mais je ne suis pas sûr que ça vaille le coup de continuer".

Les agressions sont quasi quotidiennes, la semaine dernière, c’est Yvanesse Raspette qui a été victime d’une agression. Toujours pour les mêmes raisons ! Ironie du sort, il se retrouve aujourd’hui victime d’une personne qu’il doit normalement défendre."On est agressé par les agents qui eux même quand ils sont agressés font appel à nous !" déplore celui qui ne compte pas en rester là, "j'ai porté plainte" précise t-il.

" Ils pensent qu'on est là pour les emmerder"

Visiblement, ce sont les autorisations d’accès qui posent problème ! En effet depuis quelques semaines, les contrôles sont plus stricts... Mais pour Frantz Dinarque, il n’y a pas que ça, le problème serait plus profond. "Ils estiment qu'ils sont chez eux... Ils pensent qu'on est là pour les emmerder", se désole t-il.

Du côté de la direction de l’hôpital une réunion est prévue avec le responsable sécurité de la structure et le comité technique d’Antilles Sécurité Hospitalière afin de mettre les choses à plat et tenter ainsi d'apaiser les tensions en espérant que le calme revienne au CHU.M.

Audrey Ollon et Clara Vincent