Casse à Sainte-Marie : déjà 22 000 abonnés en manque d'eau

Par 13/11/2020 - 13:00
01/01/2020 - 00:00

La rupture d'une conduite d'eau potable située sous la RN1 à Sainte-Marie a déjà des conséquences dans le sud et le centre de la Martinique.

    Casse à Sainte-Marie : déjà 22 000 abonnés en manque d'eau

La canalisation de 800 millimètres qui a cédé suite au glissement de terrain de Sainte-Marie à Fonds Saint-Jacques alimente en principe 40 000 foyers du Nord, du Centre et du Sud de l'île. Les services de la CTM chargés de cette infrastructure avaient pris l'initiative d'interrompre la circulation en eau dans ce tuyau avant qu'il ne cède.

Une intervention qui a permis de ne pas amplifier le mouvement de terrain et d'éviter du gaspillage d'eau potable. Il faut dire que le talus qui supporte la RN1 s'est déplacé d'un mètre en 2 jours sur une longueur de 200 mètres.

Intempéries Sainte-Marie
C'est sous cette portion de route à Sainte-Marie que la canalisation s'est déboîtée à plusieurs endroits. ©RCI Martinique

Cependant, les conséquences se font déjà sentir aux robinets des foyers martiniquais. La SME estime à près de 22 000 abonnés déjà touchés par des problèmes d'alimentation en eau potable.

"Cela perturbe notre production d'environ 20%. Sur le nord atlantique environ 5000 abonnés sont déjà en manque d'eau. Sur le centre, ils sont environ 4 000 et sur le sud entre 10 et 15 000", explique Philippe Ludosky, chef d'agence eau potable Nord de la SME.

"Dans un premier temps nous allons installer des cuves pour que les abonnés puissent s'approvisionner. Ensuite nous mettrons en place des coupures tournantes", précise Philippe Ludosky.

Des études sont d'ores et déjà lancées pour entamer des travaux de réparation. "Les solutions existent à court, moyen et long terme... Nous sommes en train d'étudier. Nous vérifions tous les approvisionnements. Nous réfléchissons aux systèmes pour pouvoir travailler en sécurité. D'ici deux ou trois jours, nous aurons les éléments pour entamer une réparation minimale", indique Marc Mongis, directeur général adjoint des infrastructures à la CTM.

En attendant, les habitants et les municipalités prennent leurs dispositions. À Trinité, à Sainte-Marie, au Robert ou encore au Lamentin certaines écoles et des crèches sont fermées.

Plusieurs abonnés de Trinité n'ont découvert que ce matin qu'ils n'avaient pas d'eau. Témoignages recueillis par Peggy Saint-Ville :