LADOM affrète un charter pour 340 étudiants

Par • Mis à jour le 06/09/2016 - 16:11

340 étudiants martiniquais et guadeloupéens se sont envolés lundi (5 septembre 2016) vers l'Hexagone. LADOM en charge du passeport mobilité - études a dû affréter un charter pour permettre à ces jeunes d'effectuer leur rentrée dans les temps. L'avion s'est posé tôt ce matin (6 septembre 2016) à Paris Orly d'où certains étudiants devaient encore rejoindre leurs villes d'études en Province.

    LADOM affrète un charter pour 340 étudiants
C'est lundi (5 septembre 2016) à 17 heures que le vol TX 5630 à destination de Paris Orly a décollé de l'aéroport Aimé Césaire du Lamentin. 340 places étaient réservées pour des étudiants antillais. "Nous avons un problème de disponibilité de place. Fin août, début septembre, nous avons toujours des difficultés à faire voyager des étudiants. Nous sommes conscients qu'il faut affréter un avion. Mais il faut étudier les dossiers pour que l'affrètement ne soit pas une dépense publique mal calculée", a expliqué Paul Adèle Amélie, directeur de LADOM.

Ce vol Air Caraïbes affrété par American Express pour LADOM a décollé de Saint-Martin plus tôt dans la journée de lundi, rejoint la Guadeloupe et s'est enfin posé au Lamentin pour rejoindre l'hexagone ce mardi matin (6 septembre 2016).

Dans le hall, l'impatience et l'inquiétude dominaient du côté des passagers et de leur famille. "On a reçu un mail pour nous dire de se rendre à l'aéroport près d'Air Caraïbes. Normalement tout est pris en charge mais il me manque un papier donc je vais peut être devoir payer 50% du billet", a confié cet étudiant avant d'embarquer. "J'ai du revoir mon organisation parce que je récupère mon appartement le 8 et comme je pars le 5... Je vais être hébergée par de la famille mais c'est pas l'idéal", a dit une autre. "On ne sait pas comment ça se déroule. Ma fille a reçu un mail lui disant que sa destination finale c'est Paris alors que normalement sa ville d'étude c'est Rennes. Elle prendra quand même l'avion parce qu'elle a acheté un ticket de bus pour faire Paris-Rennes", s'inquiète cette mère de famille.

Un partenaire hors sol

Lundi après-midi le directeur de LADOM, Paul Adele Amélie faisait partie d'une délégation qui accompagnait les étudiants lors de leurs enregistrements. Une démarche qui a été mise en place pour que les choses se fassent avec un peu plus de sérénité. "J'ai voulu être présent parce que notre partenaire n'est pas présent sur le territoire. L'année dernière c'était une compagnie locale (Air Caraïbes) qui avait le marché. Toute une organisation avait été mise en place. Il n'était pas nécessaire que je sois là puisque c'était un distributeur transporteur. La compagnie gérait elle même les aléas. Cette année notre partenaire (American Express) est à 8000 kilomètres. Je suis venu m'assurer que les choses se passent bien", a précisé le directeur de LADOM.

Un changement d'opérateur qui se fait sentir en cette période de départ. "Nos derniers étudiants partent généralement fin octobre. Le gros volume c'est entre le 20 août et le 5 septembre. On est en plein dans le rush", a commenté Paul Adèle Amélie.

Concernant les reproches faits à LADOM ces dernières semaines, la cause serait à chercher du côté de la procédure de dématérialisation. "Certains ont oublié leur document de post acheminement qui leur permet de se rendre en Province depuis Paris. Je les ai faits imprimer. Mais il faut qu'ils se rendent compte que l'heure de la dématérialisation a sonné et qu'ils devront désormais se débrouiller avec leurs ordinateurs", a prévenu le directeur de LADOM.

Karl Lorand et Péggy Saint-Ville