La disparition de Mgr Gaston Jean-Michel : un prêtre martiniquais à travers le siècle

Par • Mis à jour le 21/04/2015 - 22:05

La disparition du père Jean-Michel à 103 ans laisse le diocèse de Martinique orphelin. Orphelin par la perte d'une personnalité très attachante, d'un être profondément martiniquais qui, tout au long du XXème siècle, a marqué de son empreinte l'Eglise de Martinique sous ses différentes facettes.

    La disparition de Mgr Gaston Jean-Michel : un prêtre martiniquais à travers le siècle
Sa voix si reconnaissable, ses paroles parfois teintées d’humour et de malice ne résonneront plus à nos oreilles… Le père Gaston Jean-Michel s’en est allé au bout du petit matin du mardi 21 avril 2015. Cent-trois ans après avoir vu le jour, le 18 décembre 1911 à la rue Neuve à Fort-de-France (Martinique), comme il le rapporte dans un ouvrage récent*.

« Monseigneur Gaston Jean-Michel est comparable à ces crus millésimés que le maître de chai prend le temps de faire vieillir amoureusement afin de leur donner leur saveur unique. Le maître de chai en l’occurrence, c’est Dieu qui est, de surcroît, le maître de la vigne où il a choisi d’envoyer très tôt travailler Gaston Jean-Michel ».

Ainsi s’exprime Mgr Michel Méranville dans la préface de l’ouvrage consacré au père Jean-Michel honoré par une bulle papale de Benoit XVI l’élevant à la dignité de « prélat et de familier de Sa Sainteté » en date du 18 octobre 2009. Un honneur obtenu, à la demande de l’ancien archevêque, qui lui valu aussi le titre de Monseigneur et le port de la soutane violette des évêques.