La famille de Claude Vaity veut des explications sur son décès

Par 03/01/2017 - 12:38 • Mis à jour le 03/01/2017 - 12:38

Hospitalisé pour une bénigne opération de calculs rénaux, Claude Vaity, 52 ans, est décédé quelques jours après l'intervention. Sa famille ne comprend pas les raisons de sa mort. En colère, ses proches ont porté plainte contre la clinique Sainte-Marie où il a été opéré.

    La famille de Claude Vaity veut des explications sur son décès
Qu’est il arrivé à Claude VAITY ? L’homme âgé de 52 ans est hospitalisé à la clinique Sainte-Marie début décembre pour une bénigne opération des calculs rénaux. Et si l’opération semble s’être bien déroulée, la situation du patient se dégrade ensuite rapidement.

Son état de santé requiert un transfert d’urgence au CHU de Fort-de-France. Et quelques jours après son intervention, Claude Vaity décède.

De son côté, la direction de la clinique reste discrète et affirme que l’acte chirurgical ne serait pas à l’origine même du décès.

La famille porte plainte

Mais pour la famille, ce serait bien l’équipe médicale qui serait en cause. "Il est arrivé à la Meynard le samedi matin. C'est là qu'ils nous ont dit qu'il y avait un choc septique. Les reins ne fonctionnaient plus tout comme le foie et la rate. Son colon aussi était touché. On nous a laissé entendre que c'était une erreur chirurgicale. Il était difficile de concevoir ça", raconte Karine, la soeur de Claude Vaity.

Afin d'éclaircir les causes du décès, les proches de Claude Vaity ont décidé de porter plainte. "Il était important de porter plainte pour essayer de comprendre. Les procédures paraissaient insurmontables. Nous avons été entendus. Les médecins de la clinique et de la Meynard ont eux aussi été entendus. Très vite nous avons eu le procureur qui a demandé une perquisition des dossiers. On en veut à toute personne qui l'a approché. Nous en voulons au chirurgien aussi. Nous estimons qu'il n'a pas terminé son travail, qu'il ne l'a pas fait convenablement. On attend surtout des vérités. À qui la faute ?", précise Karine.

Karl Lorand et Sandrine Claude