Le chômage continue d'augmenter en Martinique

Par • Mis à jour le 28/04/2015 - 14:31

Le nombre de demandeurs d'emplois a encore augmenté entre le mois de février et le mois de mars. Et toutes les catégories sont concernées.

    Le chômage continue d'augmenter en Martinique
L’inversion de la courbe du chômage en Martinique, ce n’est pas pour maintenant ! Comme dans l’Hexagone, le nombre de demandeurs d’emploi a de nouveau augmenté chez nous : La catégorie A croît de 0,5% le mois dernier, ce qui fait 44 727 chômeurs en Martinique (soit 203 demandeurs en plus qu'en février 2015). En France, le chômage de la catégorie A a augmenté de 0,4% en un mois, et de 4,6% sur un an.

Dans l'ensemble des catégories A, B et C en Martinique, ce sont 53 140 demandeurs d'emploi qui sont inscrits sur les listes de Pôle Emploi. C'est un chiffre qui reste stable par rapport à février 2015, avec 4 demandeurs d'emploi en plus. C'est en revanche 0,9% de plus en un an. Dans l'Hexagone, on observe une augmentation de 0,5%, en un mois et de 6,5% sur l'année.

Et cette augmentation n'exclue ni les hommes, ni les femmes : dans la catégorie A, le chiffre des demandeurs d'emploi augmente en mars 2015 de 0,5% (+0,6% sur un an) et de 0,4% pour les femmes (-0,7% sur un an). En revanche, toutes les catégories d'âges ne sont pas touchées : les demandeurs d'emploi de moins de 25 ans baissent de 0,6% en mars (-9,2% en un an). Ce n'est malheureusement pas le cas des 25-49 ans (+0,4% en mars, -2,3% sur l'année) et les 50 ans et plus (+1% en mars, +10% en un an)

Et mauvaise nouvelle, les offres d’emploi collectées par Pôle emploi ont diminué de 7% au cours des trois derniers mois en Martinique. Comment l’expliquer ? Alain Carpaille, secrétaire général du syndicat CTU (Convergent des travailleurs unis) du Pôle Emploi, explique : "Plusieurs changements de stratégies ont été mis en place, avec notamment la future mise en place de "conseillers référents". On a toujours une plateforme qui collecte les offres d'emplois à Fort de France, mais on a de moins en moins de contacts avec les entreprises. Elles se tournent de plus en plus vers d'autres médias. Et il y a moins d'offres à cause de l'économie et de la récession en Martinique."

Charles Larcher, le vice-président du MEDEF Martinique, croit toujours à une inversion de la courbe du chômage, mais à certaines conditions : "Il faut plus d'activité économique, mais aussi des réductions des contraintes autour de l'emploi et de la flexibilité. La négociation des seuils est quelque chose de très important pour nous. Nous sommes impliqués avec le gouvernement dans le pacte de solidarité et de compétitivité, mais nous ne sommes pas encore à des taux et des coûts qui permettent une création durable d'emplois en Martinique"

Thibault Rodrigue