Le lycée Schoelcher en plein déménagement

Par • Mis à jour le 30/08/2016 - 20:11

Le déménagement du lycée Schoelcher était toujours en cours ce mardi (30 août 2016). Le matériel des salles spécialisées est en cours de transfert sur les sites du lycée Bellevue et du lycée technique. Une opération orchestrée à toute vitesse à quelques jours de la rentrée scolaire. Par ailleurs c'est cet après-midi que la commission de sécurité se rend au lycée Bellevue.

    Le lycée Schoelcher en plein déménagement
"Là il nous reste à déménager les équipements des disciplines spécialisées comme les sciences physiques et les SVT", commente Raymond Alger futur proviseur du lycée de Bellevue et toujours proviseur du lycée Schoelcher qui y déménage.

Raymond Alger a la lourde de tâche de gérer le déménagement de l'établissement scolaire qui sera bientôt détruit et reconstruit.

Sur place, l'accueil est assuré par un vigile et son chien. Dans l'enceinte les herbes hautes se sont installées tout comme la poussière sur les parvis. Les bureaux eux sont vides. "Le déménagement suit son court. Le gros du mobilier a remplacé entièrement comme le mobilier scolaire et les bureaux de l'administration. Les services de la CTM se sont chargés des matériels encombrants", explique Raymond Alger.

Dans ce lycée désormais déserté, le bruit des meubles déplacés par les déménageurs a remplacé le bavardage joyeux des élèves. Les déménageurs s'activent pour que tout soit prêt dans les temps. "Nous sommes en train de déménager le service informatique. Là on charge les ordinateurs du lycée Schoelcher pour les transférer vers le lycée Bellevue et les répartir sur les deux sites qui accueilleront les élèves. Il faut faire très vite parce que la rentrée ne va pas tarder", confie l'un d'entre eux.

En attendant que lycée soit entièrement vide, l'attention sera portée cet après-midi sur la viste de la commission de sécurité au lycée de Bellevue. Si le site du lycée technique a déjà été validé, il reste encore cette étape à franchir avant d'aborder une rentrée pleine d'appréhension compte tenu de son caractère précipité.

Karl Lorand et Jessica Dantin